137ème édition du Gamou: Ndiassane contre l’avortement médicalisé

0

Le Khalife général Cheikh Bécaye Kounta s’oppose à toute tentative de légalisation de l’avortement au Sénégal. Le développement du salafisme, les prochaines élections locales sont aussi des sujets qui préoccupent Ndiassane.

L’avancée du salafisme, qui cherche à remettre en cause l’héritage spirituel des fondateurs des confréries soufies, le débat sur la légalisation de l’avortement, les élections locales qui s’annoncent déjà difficiles, sont les trois grandes préoccupations du moment du Khalife général de Ndiassane, Cheikh Bécaye Kounta. Son porte-parole Papa Abdourahmane Kounta l’a fait savoir hier, lors de la cérémonie officielle de la 137ème édition du Gamou de Ndiassane. La délégation officielle a été conduite par le Ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Abdoulaye Diome, accompagné du Ministre de l’Économie numérique et des Télécommunications, Yankhoba Diatara, de son collègue de l’Artisanat, Papa Amadou Ndiaye, du Gouverneur de la région, Mamadou Moustapha Ndao…

Selon Papa Abdourahmane Kounta, même involontaire, l’avortement est banni par l’Islam. À plus forte raison si c’est volontaire. Pour les élections locales qui se profilent à l’horizon et dont les premiers signes de tensions sont visibles, le Khalife de Ndiassane invite les acteurs à faire preuve de retenue mais aussi à contrôler leurs propos. « Le Sénégal doit une nouvelle fois montrer sa grandeur », a dit Papa Abdourahmane Kounta, au nom du Khalife Cheikh Bécaye Kounta. Il souligne que le Sénégal est certes une République laïque mais nul n’a le droit d’attenter à la foi d’autrui, faisant allusion aux attaques verbales perpétrées par certains groupes contre les chefs religieux soufis. Il dit ne pas comprendre le silence des khalifes généraux et des chefs religieux sur cette affaire.

Auparavant, El Hadj Cheikh Sidy Mokhtar Kounta, un dignitaire khadre, a invité les fidèles à vivre à la hauteur de leurs moyens pour ne pas s’attirer des ennuis mais aussi de s’éloigner de toute activité illicite comme la vente de drogue et bien d’autres méfaits. Le marabout a aussi dénoncé la campagne lancée depuis quelques temps pour la légalisation de l’avortement. Il relève, pour s’en désoler, que l’homosexualité a aussi gagné du terrain au Sénégal. « Adorez Dieu et suivez les recommandations du Prophète Mouhamed », a dit Cheikh Sidy Mokhtar Kounta aux disciples, avant de demander aux jeunes de prendre soin de leurs parents.

Le Ministre de l’Intérieur, Antoine Diome, a loué les qualités spirituelles de Cheikh Bou Mouhamed Kounta, le patriarche de Ndiassane. « Il était un homme de Dieu et a toujours œuvré pour la formation des disciples. Il leur a inculqué l’amour du Prophète Mouhamed », a soutenu le représentant du Gouvernement qui a fait savoir à la communauté khadriya combien Ndiassane compte pour le Chef de l’État, Macky Sall. Le ministre a sollicité des prières pour la paix et le développement du pays. Ndiassane, la capitale spirituelle de la Khadriya au Sénégal, a drainé du monde. Des milliers de talibés, venus des quatre coins du pays et de la sous-région notamment du Mali, de la Mauritanie et de la Gambie, ont commémoré la naissance du Prophète Mouhamed (Psl) comme s’y employait leur guide spirituel Cheikh Bou Mouhamed Kounta.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.