20 ans après, signe d’espoir pour la famille de Norbert Zongo en quête de justice

0
Un proche brandit la photo du journaliste Norbert Zongo lors de ses funérailles à Ouagadougou, Burkina, 16 décembre 1998.

Les proches de Zongo ont reçu un signe d’espoir: la justice française a donné son feu vert pour l’extradition de François Compaoré, le frère de Blaise Compaoré recherché au Faso pour la mort du journaliste Nobert Zongo, 20 ans après son l’assassinat.

Cela fait 20 ans jour pour jour que le journaliste Burkinabè Norbert Zongo et 3 de ses compagnons ont été assassinés le 13 décembre 1998. 20 ans après, la mort du journaliste n’est pas encore élucidée.
Le dossier du journaliste Norbert Zongo a beaucoup évolué ces dernières années. Il est resté 16 ans sans suite réelle. Il a fallu l’avènement de l’insurrection populaire en octobre 2014, pour donner un coup de fouet au dossier. Le temps passé sans justice a été dur pour la famille du journaliste.
« Nous vivons cela péniblement comme tout le peuple burkinabè épris de paix, de justice et de liberté », a confié Robert Zongo, frère cadet de Norbert Zongo à VOA Afrique. « 20 ans, ce ne sont pas 20 jours mais nous espérons. Nous avons cette soif de justice pour Norbert et ses camarades ».
La justice française a autorisé, le 5 décembre dernier, l’extradition de François Compaoré, frère cadet de l’ancien président Blaise Compaoré et présumé commanditaire de cet assassinat. Ce geste donne un grand espoir à tous ceux qui recherchent la justice pour Norbert Zongo depuis des années.
« D’autres personnes sont aussi inculpées dans le dossier Norbert Zongo », rappelleMaître Benewendé Sankara est l’un des avocats de la famille de Norbert Zongo.
« Il y a beaucoup d’éléments, indices qui ont pu être réunis par le juge. Nous qui avons accès au dossier, on peut soutenir qu’il y a des charges qui vont peser sur des gens qui sont aujourd’hui poursuivies par la justice burkinabè », explique l’avocat. « Donc 20 ans après, on peut dire que le temps a été long, difficilement supportable par les victimes, les familles. C’est aussi la chose judiciaire qui est comme ça. 20 ans après, la lumière peut jaillir ».
La famille du journaliste, elle, se dit toujours confiante : « La justice est ce qu’elle est, il y a des procédures »
« Mais le fait d’avoir fait le pas, d’avoir autorisé l’extradition de François Compaoré et que sa Défense fasse des recours, nous avons foi qu’il rentrera quelle que soit l’année et il répondra de ses faits », a confié Robert Zongo, frère cadet de Norbert Zongo, à VOA Afrique.
Abdoulaye Diallo, coordonateur du Centre national de presse Norbert Zongo qui a connu le journaliste, a « de l’espoir parce qu’on est convaincu et on reste déterminé en plus que tôt ou tard, il va falloir faire justice pour Norbert Zongo ».
Depuis l’assassinat du journaliste en 1998, des manifestations des élèves, étudiants et organisations de la société n’ont jamais cessé pour réclamer justice pour le journaliste assassiné qui enquêtait sur la mort de David Ouédraogo, le chauffeur du « petit président », comme on appelait François Compaoré, quand son frère était au pouvoir.

Voa Afrique

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.