AFFAIRE SEDIMA – DJILAKH : LES VAINES MANŒUVRES DE POLITICIENS AU BAN DE L’HISTOIRE (Par Mohamed El Amine THIOUNE )

0

Une loi économique établit que le développement du Sénégal et de l’Afrique passe inévitablement par l’initiative privée. Des citoyens imbus de patriotisme, se sont ainsi retroussé les manches, pour apporter leur pierre dans la construction du Pays. Voilà plus de 45 ans, que le Groupe SEDIMA, doté de plus de 5000 employés directs et indirects, dirigé de main de maître par le capitaine d’industrie M.Babacar Ngom est inscrite dans la politique d’autosuffisance de l’Etat. Le relais est en voie d’être assuré aujourd’hui par les mains expertes de Mme Anta Babacar Ngom Diack.

Spécialisé dans l’aviculture, l’agro business, le Group a déployé ses compétences dans quelques zones et localités du pays comme Keur Massar, Malika, Ndiar, Notto, Djilakh. Ceci, dans l’optique de la mise en œuvre d’entrepreneuriat agricole avec la forte implication des populations locales. C’est cela qui a ainsi justifié le projet d’implantation du Groupe SEDIMA à Djilakh, qui, après une expérience avérée en aviculture et minoterie, a voulu faire la promotion de l’agro business, de concert avec les populations de cette localité. C’est au moment de ce magnifique déploiement d’une des plus grandes et prestigieuses sociétés sénégalaises longtemps managée dans la transparence, la probité, avec des performances et des résultants respectant toutes les normes de gestion, que des malintentionnés, des politiciens aux préoccupations mercantilistes, ont voulu instrumentaliser quelques membres de ladite localité, pour vouloir créer la zizanie et remettre en cause, les acquis du Groupe SEDIMA, dans un contexte où la problématique du foncier est fortement agitée. Mais, dans le juste et en conformité avec les lois du pays, la direction de SEDIMA est consciente que la vérité ne passera jamais la nuit à la belle étoile.

La ferme qui est implantée à Djilakh, emploie déjà 300 personnes et ce sera à terme 2500 travailleurs qui vont évoluer dans un secteur productif où ils seront encadrés et responsabilisés au plan technique durant presque toute l’année. Cela est pour rendre compte de la responsabilité sociétale et entrepreneuriale de SEDIMA dont l’ambition est aussi d’être la locomotive de l’Agrobusiness responsable au Sénégal et dans la sous- région. Et partant, de participer pleinement à ce que la sécurité alimentaire soit une réalité, dans un environnement économique aux diverses
activités porteuses, l’aviculture, la pisciculture, l’élevage. .

Pour rappel, c’est à la suite d’une délibération de la communauté rurale de Sindia en 2012, qu’il a été attribué à la SEDIMA une parcelle d’exploitation à but agricole de 300 hectares dans le village de Djilakh, à 6,7 kilomètres du village de Ndingler. SEDIMA SA a saisi les services étatiques pour respecter la réglementation domaniale en vigueur et a obtenu par voie de conséquence un bail en 2015 et un titre foncier en 2019 sur une assiette foncière de 224 hectares. La titrisation du bien foncier étant une étape essentielle pour lever des fonds et sécuriser les investissements futurs. Depuis près de 3 ans, SEDIMA a entamé l’exploitation de la parcelle. Cette activité a permis à près de 2 000 femmes issues des villages environnants de se créer une activité génératrice de revenus. Les habitants du village de Djilakh, où se trouve le site de la SEDIMA, sont ainsi totalement en phase avec la SEDIMA et agréent le projet d’exploitation agricole qui est une source d’emplois et de revenus pour leur localité.

Il faut aussi préciser que SEDIMA, par souci de bon voisinage et de respect des usages coutumiers a initié plusieurs séances de médiation avec les autorités locales, administratives, judiciaires et coutumières du département de Mbour, afin de trouver un cadre d’exploitation paisible et harmonieux avec les habitants de Ndingler.

La Direction du Groupe SEDIMA est au regret de constater que « ces médiations sont restées vaines. Elle révèle qu’elles ont été compromises par des agissements contre-nature, une instrumentalisation de quelques familles villageoises par des politiciens véreux, tapis dans l’ombre, aux ambitions inavouées, lugubres, égocentriques, qui persistent à ne pas reconnaître le titre de propriété de la SEDIMA ».

Ainsi le Groupe SEDIMA a été au chevet de l’autorité judiciaire compétente, pour une issue heureuse de cette affaire où manifestement l’on cherche à travers des allégations, des propos mensongers, à nuire à la réputation et à l’honneur, d’une des plus prestigieuses sociétés sénégalaises, au patriotisme économique reconnu de tous.

Mohamed El Amine THIOUNE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.