APR-Traité de «Gecko « Ounk » et lynché sur les réseaux sociaux le ministre de l’Environnement Abdou karim Sall fait coffrer 3 jeunes de Mbao

0

Trois jeunes de la commune de Mbao, dont deux agents municipaux, ont été placés en garde à vue, hier vendredi, à la Police de Pikine. C’est à la suite d’une plainte du ministre de l’Environnement pour injures et menaces de mort que le parquet a saisi les limiers de Pikine d’un soit-transmit.

Tension – Vive tension hier vendredi, à la devanture du commissariat de Police de Pikine où des jeunes venus de Mbao ont bruyamment manifesté leur colère, après le placement en garde à vue de 3 de leurs camarades, dont une fille. Scandant des slogans hostiles au ministre de l’Environnement et du développement durable, ils ont réclamé la libération de leurs camarades. Une requête qui a motivé l’intervention des limiers du Groupe d’intervention et de recherches (Gir) et de leurs collègues du commissariat central de Dakar, en renfort aux limiers de Pikine.

La foule devenue menaçante sera ainsi tenue à distance réglementaire, au moment où, de part et d’autre de la rue qui passe devant le commissariat de Pikine, policiers et jeunes de Mbao, se faisaient face. Dans le commissariat, l’audition des deux agents de la mairie de Mbao et de la dame du nom de Salma Guèye, se déroulait. La tension va monter d’un cran, lorsque les mis en cause ont été placés en garde à vue. Malgré les menaces des jeunes, le Commissaire Adramé Sarr est resté ferme, décidé à appliquer les instructions du Parquet.

Abdou Karim Sall traité de «Gecko « Ounk »», voit rouge

Tout est parti d’un envahissement des réseaux sociaux par des jeunes de Mbao, favorables au maire Abdoulaye Pouye opposé au ministre de l’Environnement qui réside dans la même localité. Sur un ton virulent, les jeunes ont, dans leurs publications à travers les réseaux sociaux, assimilé l’actuel ministre de l’Environnement à un «Gecko», avant de donner dans les détails la méthode pour se débarrasser d’un lésard de ce genre. «Pour tuer le Gecko, il faut le décapiter, (‘’Ounkou da ngay dagg bopp bi’’)». Suffisant pour mettre en colère Abdou Karim Sall. «Il a eu très mal et surtout après que son fils lui a montré la publication dans les réseaux sociaux. Non seulement il a été touché, mais il a également compris que ces menaces de mort ne doivent pas être prises à la légère», souffle un proche du ministre de l’Environnement. Estimant que son honorabilité a été bafouée, Abdou Karim Sall a alors saisi le Parquet d’une plainte pour injures et menaces de mort. Dans ses complaintes, le ministre a cité les noms de ceux qui se sont le plus illustrés dans les injures et menaces à travers les réseaux sociaux. Il s’agit de Moussa Seck, Libass Pouye et Salma Guèye. Les deux premiers sont des agents de la mairie de Mbao. On souffle qu’un 4e individu, Beug Fallou, est aussi visé par la plainte. Face aux enquêteurs, les trois mis en cause ont assumé leur publication, reconnaissant n’avoir pas cité le nom du ministre. Placés en garde à vue, ils pourraient être déférés au parquet en début de semaine prochaine. Jusque tard hier, la médiation effectuée par des notables s’est heurtée au refus du ministre. Selon un de ses proches, «ce n’est pas la première fois qu’il est injurié et menacé de mort. À chaque fois, il retirait sa plainte. Mais cette fois, il semble décidé à aller jusqu’au bout.»

ABDOULAYE POUYE, MAIRE DE MBAO : «C’est léger et c’est un traitement discriminatoire»

N’eût été son implication pour calmer les esprits et appeler à la raison, l’affrontement allait survenir entre les jeunes de Mbao et les éléments de la Police. Le maire de Mbao est d’avis que l’affaire qui a valu aux trois jeunes d’être placés en garde à vue est banale. Il précise : «Les jeunes étaient prêts à tout, mais je ne pouvais pas les laisser faire. Les partisans de Abdou Karim Sall nous ont insultés publiquement et certains d’entre eux qu’il a instrumentalisés m’ont accusé d’avoir détourné 25 millions de FCfa. Pourquoi aller jusqu’à Pikine, alors que nous relevons de la Gendarmerie de la Zone franche industrielle. Le directeur des Financements verts de Abdou Karim Sall nous a insultés en public, nous avons déposé une plainte. C’est dangereux pour le pays de faire un traitement discriminatoire», déplore le maire de Mbao.

ALASSANE HANNE-IGFM

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.