Attaques d’installations pétrolières : Riyad accuse l’Iran

0
Saudi Colonel Turki bin Saleh al-Malki displays pieces of what he said were Iranian cruise missiles and drones recovered from the attack site that targeted Saudi Aramco's facilities, during a press conference in Riyadh on September 18, 2019. Saudi Arabia said that strikes on its oil infrastructure came from the "north" and were sponsored by Iran, but that the kingdom was still investigating the exact launch site. / AFP / Fayez Nureldine

Les autorités ont présenté des débris de drones et de missiles de croisière iraniens. « L’attaque a été lancée du Nord et était indéniablement commanditée par l’Iran », a déclaré le porte-parole du ministère de la défense.

L’Arabie saoudite a présenté, mercredi 18 septembre, les résultats de sa propre enquête sur les attaques contre deux installations pétrolières du royaume et ce qu’elle présente comme des preuves matérielles prouvant l’implication du régime iranien.

Les attaques ont été menées le week-end dernier à l’aide de drones iraniens Delta et de missiles de croisière, a précisé le colonel Turki Al-Malki, porte-parole du ministère de la défense. « L’attaque a été lancée du Nord et était indéniablement commanditée par l’Iran », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

Le responsable saoudien n’a toutefois pas directement accusé l’Iran d’avoir lancé les attaques depuis son territoire, affirmant seulement sa certitude quant aux capacités du royaume à trouver le lieu de lancement à l’issue de l’enquête.

L’Iran dément avoir joué le moindre rôle dans les attaques de samedi, qui ont fait baisser de moitié la production de pétrole du royaume et fait flamber les prix du brut, avant un repli. De leur côté, les rebelles yéménites ont menacé mercredi de frapper « des dizaines de cibles » à Dubaï et Abou Dhabi.

Mercredi, l’ONU a annoncé l’envoi d’experts en Arabie saoudite pour enquêter sur les attaques. De son côté, le Kremlin a déclaré qu’à l’issue d’un échange téléphonique avec le prince héritier Mohammed Ben Salman, le président russe, Vladimir Poutine, avait « appelé à une enquête approfondie et objective ».

Durcissement des sanctions américaines

Le président américain a aussi annoncé avoir ordonné au secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, de « renforcer substantiellement les sanctions » imposées à l’Iran.

Ces sanctions, dont la nature doit encore être détaillée, viendront s’ajouter aux mesures punitives déjà sans précédent imposées par Washington à Téhéran depuis que le président a retiré son pays en mai 2018 de l’accord sur le nucléaire iranien, qu’il juge insuffisant pour empêcher la République islamique de se doter de la bombe atomique et de déstabiliser le Moyen-Orient.

Le Monde avec AFP et Reuters

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.