Au repos forcé, Buhari gouverne depuis son domicile

0
Depuis deux semaines, Muhammadu Buhari a disparu des radars de la vie publique nigériane. A deux reprises, il a délégué la présidence du conseil des ministres au vice-président Yemi Osinbajo, devenu une sorte de doublure présidentielle. Le président nigérian a même manqué son traditionnel discours du «May Day» et suit désormais les affaires étatiques depuis son domicile. De là à relancer les spéculations sur l’état de santé du président, il n’y a qu’un pas que la toile et des associations nigérianes ont franchi.

Au Nigéria, tous les signes des proches du président sont passés à la loupe. Même le changement du statut professionnel du photographe personnel de Muhammadu Buhari, passé de «salarié» à «free-lance», est matière à polémique sur les réseaux.

« Mais où est donc passé Buhari? »

#WhereisBuhari (où est Buhari ?), le hashtag apparu sur la toile nigériane, interroge désormais l’état de santé du Président nigérian dont on guette désespérément une déclaration ou une apparition publique qui tarde à venir. Muhammadu Buhari était aux abonnés absents pour son traditionnel discours du «May Day», le 1er mai, fête du travail.

Un rendez-vous manqué et qualifié de «première dans toute l’histoire du Nigéria» qui a poussé une dizaine d’associations a signer, ce 1er mai 2017, une lettre demandant au président de «suivre les conseils de son médecin et de se reposer sans plus attendre».

Alors forcément, les spéculations se nourrissent du silence sur la santé de l’ancien général, rentré au début du mois de mars d’un séjour médical de huit semaines à Londres, pour le traitement d’une maladie mystère.

Télétravail présidentiel face à la polémique

Force est de reconnaître que bien avant son retour de la capitale londonienne, Muhammadu Buhari avait délégué ses pouvoirs à son vice-président Yémi Osinbajo. Physiquement sur le terrain, ce dernier est devenu la doublure présidentielle du général-président qui lui a délégué deux fois la présidence du conseil des ministres.

Une partie de la classe politique pousse même dans le sens de l’application de la section 144 de la constitution nigériane qui prévoit le remplacement du Président par son vice-président, en cas de vacance du pouvoir. Un choix qui propulserait de fait Yemi Osinbajo sur le fauteuil présidentiel, jusqu’en 2019. Mais cette perspective est dénoncée par certains comme une danse macabre autour d’une personne encore vivante et seulement malade.

Au milieu de cette cacophonie, le Président n’a fait aucun démenti ou précision même face à ceux qui agitent l’épouvantail du scénario Yar’Adua, dont le décès en 2010 avait plongé le pays dans une crise politique sans précédent. A la place, les porte-paroles du Palais se relaient pour expliquer que le président n’a besoin que d’un peu de repos et qu’il suivait les affaires depuis chez lui. Une communication qui confirme que le président gouverne désormais par télétravail. Une première en Afrique !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.