BONNE GOUVERNANCE: LE SÉNÉGAL SE POINTE COMME DÉFIS LA PAUVRETÉ ET LA LIBERTÉ DE MANIFESTER

Le rapport national d’auto-évaluation sur la gouvernance du Sénégal a été rendu public, mardi à Dakar, par la Commission nationale de gouvernance (CNG) qui pointe dans ce document plusieurs défis à relever dont la lutte contre la pauvreté, les enfants errant dans les rues et la liberté de manifester.« C’est un rapport considéré globalement comme positif, mais avec un certain nombre de défis à relever. Notamment en ce qui concerne la liberté de manifester, la lutte contre la pauvreté, la question des enfants de la rue », a notamment affirmé le président de la Commission nationale de gouvernance (CNG), le professeur de droit, Babacar Guèye.

Ce rapport d’évaluation rentre dans le cadre du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP), institué en 2003 par les chefs d’Etat africains comme cadre global servant à mesurer leurs performances dans quatre domaines d’interventions : la démocratie et la gouvernance politique, la gouvernance économique, la gouvernance des entreprises et le développement social et culturel.

Au Sénégal, le lancement du processus MAEP a été consacré par l’installation de la CNG, le 20 novembre 2014. Et l’autoévaluation a permis de faire des « consultations citoyennes » dans les 14 régions du pays.

Ainsi, cette cérémonie est « l’épilogue du mandat qui nous a été confié il y a trois ans », a expliqué le Pr Guèye, entouré de ses collègues de la CNG et des membres du Conseil consultatif, qui avait reçu mandat de mener le processus jusqu’au bout.

« A présent, nous entrons dans une nouvelle phase », à savoir le « suivi » des recommandations du rapport par l’Etat sénégalais, a poursuivi Babacar Guèye.

Présidant l’atelier, le Secrétaire général du ministère de la Bonne Gouvernance et de la Protection de l’Enfance, Mr Oumar El Foutiyou Ba a soutenu que « l’attachement du Sénégal à la bonne gouvernance n’est plus à démontrer », eu égard à la place qu’occupe cette problématique dans « les politiques publiques ».

Même si le Sénégal a adhéré au MAEP depuis sa création (2003), il ne s’y est « engagé de manière résolue » qu’en 2012, a-t-il souligné.

En outre, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), partenaire de « 30 pays africains » dans le cadre du MAEP, a été vivement salué au cours de la cérémonie pour avoir financièrement supporté « une part importante » des consultations citoyennes et du budget de la communication dans ce travail d’autoévaluation de la CNG.

Après cet atelier, il est prévu la présentation du rapport d’évaluation, par le MAEP continental, en présence du chef de l’Etat Macky Sall et de toutes les entités de la République, précise un document remis à la presse.

Fatou KAMA GUEYE pour Sunugal24.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.