Cameroun: Lassé de ne pas trouver d’emploi, il crée sa fabrique de parpaings et devient rapidement multimillionnaire

0
425

Après huit stages non concluants en entreprise, un diplômé crée sa fabrique de parpaings et devient millionnaire au bout de trois mois.
C’est le 15 février 2017, que l’idée vient à Ousmane, de créer sa propre fabrique de parpaings, après un huitième stage non concluant en entreprise.
« Il s’agissait, de trouver des revenus conséquents, pour subvenir aux besoins de ma famille de trois enfants, dont l’ainé est âgé de 8 ans et les deux derniers de 5 et 4 ans, et de mon épouse, à la mobilité réduite », raconte le gaillard de 31 ans, titulaire d’une licence en biochimie.
Comme mise de départ, Ousmane bénéficie d’un prêt de 500 000 FCFA, de la part de son oncle, éleveur et vendeur de bœufs.
Tout de suite, Ousmane loue un espace de 500 mètres carrés du côté de Soa. Il y fait déposer du sable et achète des moules, une brouette, des pelles et tout le nécessaire pour lancer son activité.
Très vite Ousmane, commence à avoir ses premiers clients, lorsqu’au bout d’une dizaine de jours, il a fait fabriquer près de 5000 parpaings.

« Par jour, je fais tourner entre 15 et 20 sacs de ciment. Soit entre 600 et 800 parpaings. Je n’ai pas de problème pour avoir de l’eau. Le puits d’eau, n’est pas loin. Avant de commencer le mélange du ciment et du sable, je remplis entre deux et trois tonneaux d’eau », explique le jeune Ousmane.

Ousmane, loue également un camion pour les livraisons, chaque fois qu’un client le sollicite.
Au départ, le jeune entrepreneur, originaire de Mora, dans le département du Mayo-Sava, région de l’Extrême-Nord, dont une grande partie est exposée aux incursions des terroristes de la secte Boko Haram, ne recrute aucune main d’œuvre au lancement de son activité. Il rempli toutes les tâches, tout seul. Pendant, deux mois, il est à la fois, porteur d’eau, tourneur, chargeur du camion et livreur.
Trois mois, après, Ousmane dit ne pas regretter son choix. Il emploie désormais trois jeunes qui l’aident dans ses activités dont le lancement a bénéficié du boom des constructions dans les nouveaux quartiers qui sortent de terre à Yaoundé.
Le jeune Ousmane, qui dispose d’un compte en banque à 7 chiffres, donne désormais des conseils à ses jeunes compatriotes, qui hésitent à entreprendre et qui ne rêvent que de travailler dans un bureau.

koaci

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.