Cheikh Ibrahima Fall « Baboul Mouridina » : l’homme multidimensionnel symbole de toute une communauté

0

Talibé de Cheikh Ahmadou Bamba, Mame Cheikh Ibra Fall est le fondateur de la voie dite des Baye Fall. Le Baye Fall comme il le définit est celui qui s’épanouit dans le travail. Une manière de dire que ceux-ci vivent naturellement et perpétuellement à la sueur de leur front. C’est ainsi que Serigne Mouhamadou Moustapha disait que « je ne mettrais pas l’accent sur ce que le Cheikh (entendez par ‘’Cheikh’’ Serigne Touba)- ressemble à tous, mais sur ce qui le diffère des autres. Ceci n’est rien d’autre que Mame Cheikh Ibra Fall ainsi que ses disciples communément appelé Baye Fall ». On voit dès lors l’estime que le Cheikh a à l’endroit de son fidèle serviteur. Il continua ses bonnes œuvres même à l’exile du chef. En agissant ainsi il envoyait de nombreux cadeaux à Mame Thierno Birahim Mbacké, petit frère du Cheikh, car ce dernier lui avait recommandé d’aider sa famille et d’aider les proches du cheikh et ses amis en religion.

Les témoignages se succédèrent sur sa personne qui n’arrêtait pas d’ébahir ses condisciples. Ainsi, raconte Serigne Bachir Mbacké qu’un jour ou je parlais de sa dévotion, il (Serigne Abdourahmane Lo) m’en a dit d’étranges choses et quand je l’ai interrogé à ce propos, il m’a dit : « ce n’est qu’un des nombreux prodigues de notre Cheikh, j’ai plus de soixante-dix ans. Pourtant je ne ressens aucune fatigue, quand je récite le Coran au cours d’une prière de deux génuflexions rakka.

Talibé de Cheikh Ahmadou Bamba, Mame Cheikh Ibra Fall est le fondateur de la voie dite des Baye Fall. Le Baye Fall comme il le définit est celui qui s’épanouit dans le travail. Une manière de dire que ceux-ci vivent naturellement et perpétuellement à la sueur de leur front. C’est ainsi que Serigne Mouhamadou Moustapha disait que « je ne mettrais pas l’accent sur ce que le Cheikh (entendez par ‘’Cheikh’’ Serigne Touba)- ressemble à tous, mais sur ce qui le diffère des autres. Ceci n’est rien d’autre que Mame Cheikh Ibra Fall ainsi que ses disciples communément appelé Baye Fall ». On voit dès lors l’estime que le Cheikh a à l’endroit de son fidèle serviteur. Il continua ses bonnes œuvres même à l’exile du chef. En agissant ainsi il envoyait de nombreux cadeaux à Mame Thierno Birahim Mbacké, petit frère du Cheikh, car ce dernier lui avait recommandé d’aider sa famille et d’aider les proches du cheikh et ses amis en religion.

Les témoignages se succédèrent sur sa personne qui n’arrêtait pas d’ébahir ses condisciples. Ainsi, raconte Serigne Bachir Mbacké qu’un jour ou je parlais de sa dévotion, il (Serigne Abdourahmane Lo) m’en a dit d’étranges choses et quand je l’ai interrogé à ce propos, il m’a dit : « ce n’est qu’un des nombreux prodigues de notre Cheikh, j’ai plus de soixante-dix ans. Pourtant je ne ressens aucune fatigue, quand je récite le Coran au cours d’une prière de deux génuflexions rakka.

Cependant, ce n’est pas plus étonnant que le Cheikh Ibra Fall qui veille au service du Cheikh et au service des musulmans en réunissant autour de lui aussi bien les fils des chefs traditionnels et leurs faibles filles que les postulants mystiques, les gens tournés vers l’éducation (spirituelle) sans autre préoccupation que d’améliorer l’état de leur âme et de purifier leur cœur. Jour et nuit, Ibra FALL était présent à coté de chacun et élevait leurs préoccupations ver la recherche de la satisfaction du seigneur et de la vie future. Du reste, Dieu a soumis à Ibra Fall aussi bien les chefs traditionnels que leurs esclaves et leurs suites, outre un nombre de mouride doublement plus important, et Dieu lui a donné la force de les éduquer et de traiter leurs hommes les plus faibles avec douceur ».

Talibé de Cheikh Ahmadou Bamba, Mame Cheikh Ibra Fall est le fondateur de la voie dite des Baye Fall. Le Baye Fall comme il le définit est celui qui s’épanouit dans le travail. Une manière de dire que ceux-ci vivent naturellement et perpétuellement à la sueur de leur front. C’est ainsi que Serigne Mouhamadou Moustapha disait que « je ne mettrais pas l’accent sur ce que le Cheikh (entendez par ‘’Cheikh’’ Serigne Touba)- ressemble à tous, mais sur ce qui le diffère des autres. Ceci n’est rien d’autre que Mame Cheikh Ibra Fall ainsi que ses disciples communément appelé Baye Fall ». On voit dès lors l’estime que le Cheikh a à l’endroit de son fidèle serviteur. Il continua ses bonnes œuvres même à l’exile du chef. En agissant ainsi il envoyait de nombreux cadeaux à Mame Thierno Birahim Mbacké, petit frère du Cheikh, car ce dernier lui avait recommandé d’aider sa famille et d’aider les proches du cheikh et ses amis en religion.

Les témoignages se succédèrent sur sa personne qui n’arrêtait pas d’ébahir ses condisciples. Ainsi, raconte Serigne Bachir Mbacké qu’un jour ou je parlais de sa dévotion, il (Serigne Abdourahmane Lo) m’en a dit d’étranges choses et quand je l’ai interrogé à ce propos, il m’a dit : « ce n’est qu’un des nombreux prodigues de notre Cheikh, j’ai plus de soixante-dix ans. Pourtant je ne ressens aucune fatigue, quand je récite le Coran au cours d’une prière de deux génuflexions rakka.

Cependant, ce n’est pas plus étonnant que le Cheikh Ibra Fall qui veille au service du Cheikh et au service des musulmans en réunissant autour de lui aussi bien les fils des chefs traditionnels et leurs faibles filles que les postulants mystiques, les gens tournés vers l’éducation (spirituelle) sans autre préoccupation que d’améliorer l’état de leur âme et de purifier leur cœur. Jour et nuit, Ibra FALL était présent à coté de chacun et élevait leurs préoccupations ver la recherche de la satisfaction du seigneur et de la vie future. Du reste, Dieu a soumis à Ibra Fall aussi bien les chefs traditionnels que leurs esclaves et leurs suites, outre un nombre de mouride doublement plus important, et Dieu lui a donné la force de les éduquer et de traiter leurs hommes les plus faibles avec douceur ».

Talibé de Cheikh Ahmadou Bamba, Mame Cheikh Ibra Fall est le fondateur de la voie dite des Baye Fall. Le Baye Fall comme il le définit est celui qui s’épanouit dans le travail. Une manière de dire que ceux-ci vivent naturellement et perpétuellement à la sueur de leur front. C’est ainsi que Serigne Mouhamadou Moustapha disait que « je ne mettrais pas l’accent sur ce que le Cheikh (entendez par ‘’Cheikh’’ Serigne Touba)- ressemble à tous, mais sur ce qui le diffère des autres. Ceci n’est rien d’autre que Mame Cheikh Ibra Fall ainsi que ses disciples communément appelé Baye Fall ». On voit dès lors l’estime que le Cheikh a à l’endroit de son fidèle serviteur. Il continua ses bonnes œuvres même à l’exile du chef. En agissant ainsi il envoyait de nombreux cadeaux à Mame Thierno Birahim Mbacké, petit frère du Cheikh, car ce dernier lui avait recommandé d’aider sa famille et d’aider les proches du cheikh et ses amis en religion.

Les témoignages se succédèrent sur sa personne qui n’arrêtait pas d’ébahir ses condisciples. Ainsi, raconte Serigne Bachir Mbacké qu’un jour ou je parlais de sa dévotion, il (Serigne Abdourahmane Lo) m’en a dit d’étranges choses et quand je l’ai interrogé à ce propos, il m’a dit : « ce n’est qu’un des nombreux prodigues de notre Cheikh, j’ai plus de soixante-dix ans. Pourtant je ne ressens aucune fatigue, quand je récite le Coran au cours d’une prière de deux génuflexions rakka.

Cependant, ce n’est pas plus étonnant que le Cheikh Ibra Fall qui veille au service du Cheikh et au service des musulmans en réunissant autour de lui aussi bien les fils des chefs traditionnels et leurs faibles filles que les postulants mystiques, les gens tournés vers l’éducation (spirituelle) sans autre préoccupation que d’améliorer l’état de leur âme et de purifier leur cœur. Jour et nuit, Ibra FALL était présent à coté de chacun et élevait leurs préoccupations ver la recherche de la satisfaction du seigneur et de la vie future. Du reste, Dieu a soumis à Ibra Fall aussi bien les chefs traditionnels que leurs esclaves et leurs suites, outre un nombre de mouride doublement plus important, et Dieu lui a donné la force de les éduquer et de traiter leurs hommes les plus faibles avec douceur ».

Cependant, ce n’est pas plus étonnant que le Cheikh Ibra Fall qui veille au service du Cheikh et au service des musulmans en réunissant autour de lui aussi bien les fils des chefs traditionnels et leurs faibles filles que les postulants mystiques, les gens tournés vers l’éducation (spirituelle) sans autre préoccupation que d’améliorer l’état de leur âme et de purifier leur cœur. Jour et nuit, Ibra FALL était présent à coté de chacun et élevait leurs préoccupations ver la recherche de la satisfaction du seigneur et de la vie future. Du reste, Dieu a soumis à Ibra Fall aussi bien les chefs traditionnels que leurs esclaves et leurs suites, outre un nombre de mouride doublement plus important, et Dieu lui a donné la force de les éduquer et de traiter leurs hommes les plus faibles avec douceur ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.