Complexe hôtelier et touristique DECAMERON – LA GIRAFE : une atteinte à la Loi, à l’Environnement et à la Biodiversité

0

Acteurs de la préservation de la Biodiversité et de la protection de l’Environnement !
Mobilisons-nous contre le projet Complexe hôtelier et touristique de DECAMERON – LA GIRAFE.

L’état du Sénégal, par le décret n°2018-402 a déclaré d’utilité publique le projet de construction d’un complexe hôtelier et touristique par DECAMERON sur la Rive droite de la lagune La Somone. Par ce même décret, il a prononcé l’expropriation des terres sur cette zone au détriment de paysans (pêcheurs et cultivateurs) et d’acteurs économiques locaux (horticultrices, piroguiers, exploitants de cabanes, …).

 

Un décret qui viole la loi et qui comporte plusieurs erreurs et approximations !
– le décret mentionne un terrain de 23 ha situé dans la commune de Somone alors que le terrain en question se situe sur la commune rurale de Sindia (Village de Guéréo). Administrativement, le fondement du décret pose problème.
– Le rapport de présentation fait par le Ministre délégué auprès du Ministre de l’Economie des Finances et du Plan du Budget, Birima Mangara, invoque une enquête de commodo et d’incommodo effectuée le 16 avril 2013 alors que le décret situe cette même enquête au 26 avril 2013. Un cafouillage administratif qui illustre la non-transparence qui jalonne ce projet depuis le début. Pour information, les populations de Guéréo n’ont jamais été saisies d’aucune enquête commodo et incommodo.
– En 2004, Maître Abdoulaye WADE, alors président de la République du Sénégal, avait promulgué la LOI n° 2004-19 du 21 juillet 2004 déclarant non aedificandi la zone de la rive droite de la lagune Somone. Cette loi a désigné cette zone non constructible. Dans les motifs exposés, on pouvait lire :
Un aménagement du territoire équilibré nécessite de protéger les espaces naturels remarquables, surtout s’ils se situent dans une zone menacée par l’urbanisation.
La rive droite de la Somone constitue un espace naturel particulièrement intéressant, situé à quelques kilomètres des stations balnéaires de la Somone et de Saly. Pour l’équilibre de la faune et de la flore ainsi que pour préserver l’intérêt touristique de cette région, il est apparu nécessaire d’interdire les constructions dans cette zone.

Il est donc question de protection « des espaces naturels remarquables » !
La LOI n° 2004-19 du 21 juillet 2004 précise « qu’aucune autorisation de construire ou autorisation de lotir ne peut être délivrée dans cette zone ». Vous comprendrez aisément pourquoi le collectif des Riverains ne parle pas souvent de cette LOI qui d’ailleurs a mis fin à leurs travaux sur cette zone.
Comment un décret présidentiel peut prendre le dessus sur une loi votée à l’Assemblée nationale et promulguée par le président de la République ?
Ma conclusion est que le décret n°2018-402 est atteint de caducité dans la mesure où il viole la Loi. D’ailleurs, le décret en question n’est toujours pas publié au Journal Officiel de la République.

Quelles conséquences pour la construction d’un complexe hôtelier et touristique sur la rive droite de la lagune La Somone ?
Ce projet de DECAMERON, aujourd’hui baptisé GIRAFE, s’il va à son terme, risque :
– de saper à jamais tout un écosystème et une biodiversité unique au monde que les populations de Guéréo, Thiafoura et Sorokh Hassap ont mis des décennies à construire.
– de détruire ce sanctuaire pour oiseaux migrateurs et ce lieu de reproduction pour certaines espèces de poissons et de crustacés, notamment les crevettes. Chaque année, ce sont des milliers d’oiseaux migrateurs qui occupent cette zone pour y nidifier et élever leurs petits.
– d’affaisser cette digue entre l’océan et la lagune ; un risque donc pour l’existence du village de Guéréo.
– de plonger des milliers de personnes et leur famille, notamment de braves femmes horticultrices, dans la pauvreté. Toutes les cabanes installées par les jeunes du village de Guéréo, cabane qui respecte ce sanctuaire des oiseaux migrateurs, seront détruites ; des centaines de jeunes mi donc au chômage.
– de priver d’accès aux populations à une base de loisirs où les familles viennent avec leurs enfants pour communier avec la Nature.
Les conséquences écologiques, environnementales, sociales et économiques du projet Girafe de DECAMERON seront irréversibles.

 

52 millions pour acheter le silence des autorités du Village de Guéréo !
Pour avoir droit de tuer l’écosystème de la lagune La Somone, 52 millions ont été remis au maire de la Commune de Sindia, Thierno Diagne, pour le poste de santé de Guéréo. D’ailleurs, vous avez du entendre l’ancien Ministre de l’Environnement sous Wade, Lamine BA, promoteur acharné du projet DECAMERON – GIRAFE en parler dans la presse.
L’autre argument des promoteurs est la création d’emploi. Des emplois pour qui ? Des emplois pour quels salaires ? L’expérience des communes de Somone et de Saly ne plaide pas pour la mise en place de complexe hôtelier et touristique sur la rive droite de la lagune La Somone.

Au moment où de nouvelles consciences s’éveillent pour préserver ce qui reste à l’Humanité comme patrimoine de survie, comment des autorités consciencieuses peuvent-ils encore avoir recours à ce genre de projet ? Comment peut-on déclassifier une réserve communautaire pour la biodiversité au profit d’investisseurs privés qui n’en ont rien à faire avec la sauvegarde de l’environnement ? Comment un ancien Ministre de l’Environnement, Lamine BA, peut-il faire la promotion d’un projet anti-biodiversité et anti-environnement ?
J’interpelle le président de la République, afin qu’il revienne sur ce projet en respectant la loi. Je l’invite aussi à déclarer cette zone « bien commun » inaliénable.
J’invite les populations de Guéréo à réfléchir à la mise en place d’un projet inclusif plus respectueux de l’environnement. Un autre tourisme est possible vu les ressources et le patrimoine de cette zone.
– – – – – – –
Cheikh Ahmed Tidiane
Habitant de Guéréo
Contact :
[email protected]

Dans le Blog de DR Malick G. AIDARA

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.