Coronavirus : devrions nous tous porter des masques ?

0

Le groupe cherchera à savoir si le virus peut être projeté plus loin qu’on ne le pensait; une étude aux États-Unis estime que la toux peut atteindre 6 m et les éternuements jusqu’à 8 m.

Le président du panel, le professeur David Heymann, a déclaré à BBC News que la nouvelle recherche pourrait conduire à un changement dans les recommandations sur les masques.

L’ancien directeur de l’OMS a expliqué: « L’OMS ouvre à nouveau une discussion en examinant les nouvelles preuves pour voir s’il devrait ou non y avoir un changement dans la façon dont elle recommande l’utilisation des masques. »

Quel est l’actuelle recommandation ?

L’OMS recommande de garder une distance d’au moins 1 m de toute personne qui tousse ou éternue pour éviter le risque d’infection.

L’organisation indique que les personnes malades et présentant des symptômes devraient porter des masques.

Mais elle conseille aux personnes en bonne santé de ne les porter que si elles s’occupent d’autres personnes soupçonnées d’être infectées ou si elles toussent ou éternuent.

L’OMS souligne que les masques ne sont efficaces que s’ils sont combinés à un lavage fréquent des mains, utilisés et enlevés correctement.

Le Royaume-Uni, ainsi que d’autres pays, dont les États-Unis, conseillent que la distance sociale devrait signifier rester à au moins 2 mètres l’un de l’autre.

Ces conseils sont basés sur des preuves montrant que les virus ne peuvent être transmis que lorsqu’ils sont transportés dans des gouttes de liquide.

La plupart de ces gouttes s’évaporeront ou tomberont au sol près de la personne qui les a émises.

Alors, que disent les nouvelles recherches ?

Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) de Cambridge, aux États-Unis, ont utilisé des caméras ultra-rapides et d’autres capteurs pour évaluer précisément ce qui se passe après une toux ou un éternuement.

Ils ont découvert qu’une expiration génère un petit nuage de gaz qui se déplace rapidement et qui peut contenir des gouttelettes de liquide de tailles variables – et que la plus petite d’entre elles peut être transportée dans le nuage sur de longues distances.

L’étude – menée dans des conditions de laboratoire – a révélé que la toux peut projeter du liquide jusqu’à 6 mètres de distance et que les éternuements, qui impliquent des vitesses beaucoup plus élevées, peuvent atteindre jusqu’à 8 mètres.

L’expert scientifique qui a dirigé l’étude, le professeur Lydia Bourouiba du MIT, se dit préoccupée par le concept actuel de « distances de sécurité ».

« Ce que nous expirons, toussons ou éternuons, c’est un nuage de gaz qui a une forte impulsion qui peut aller loin, emprisonne les gouttes de toutes tailles et les transporte à travers la pièce », a-t-elle déclaré.

« Donc, avoir cette fausse idée de la sécurité à un ou deux mètres, que les gouttes tomberont au sol à cette distance n’est pas basé sur ce que nous avons quantifié, mesuré et visualisé directement. »

Est-ce que cela change les recommandations sur les masques ?

Selon le professeur Bourouiba, dans certaines situations, en particulier à l’intérieur des pièces mal aérées, le port de masques réduirait les risques.

Par exemple, face à une personne infectée, les masques peuvent aider à détourner le flux de leur respiration et sa charge de virus de votre bouche.

« Les masques fragiles ne protègent pas contre l’inhalation des plus petites particules dans l’air car ils n’assurent pas la filtration », a déclaré le professeur Bourouiba.

« Mais ils détourneraient potentiellement le nuage qui est émis avec un fort élan sur le côté plutôt que vers l’avant. »

Que pensent les conseillers de l’OMS ?

Selon le professeur Heymann, les nouvelles recherches du MIT et d’autres institutions seront évaluées car elles estiment que les gouttelettes de toux et d’éternuements pourraient être projetées plus loin que prévu.

Il a déclaré que si les preuves sont étayées, « il se pourrait que le port d’un masque soit tout aussi efficace ou plus efficace que la distance de sécurité ».

Mais il prévient, les masques doivent être portés correctement, avec un joint sur le nez. S’ils deviennent humides, explique le professeur Heymann, les particules peuvent alors passer. Les gens doivent les retirer soigneusement pour éviter que leurs mains ne soient contaminées.

Il ajoute que les masques doivent être portés de manière continue.

« Il ne s’agit pas de porter un masque, puis de décider de l’enlever pour fumer une cigarette ou manger un repas – il doit être porté à plein temps », a-t-il déclaré.

Le panel, connu sous le nom de Groupe consultatif stratégique et technique sur les risques infectieux, devrait tenir sa prochaine réunion virtuelle dans les prochains jours.

Un porte-parole de Public Health England a déclaré qu’il y a peu de preuves d’un bénéfice généralisé du port de masques en dehors des milieux cliniques.

« Les masques doivent être portés correctement, changés fréquemment, enlevés correctement, éliminés en toute sécurité et utilisés en combinaison avec une bonne attitude d’hygiène universelle pour qu’ils soient efficaces.

« La recherche montre également que l’observation de ces règles préconisées diminue avec le temps lors du port de masques faciaux pendant des périodes prolongées. »

Les pays ne changeraient-ils pas de toute façon leurs recommandations sur les masques?

Longtemps populaires dans de nombreux pays d’Asie, les masques sont actuellement évalués par le US Centers for Disease Control (CDC).

En Autriche, la police les porte désormais et toute personne ayant affaire à la police devra également en porter un. Les supermarchés insisteront pour que les clients le fassent aussi.

Ce spectacle autrefois rare en Europe est de plus en plus fréquent et de nouveaux conseils de l’OMS accéléreraient ce changement.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.