Coronavirus: le confinement «le plus strict» prolongé jusqu’au 11 mai en France

0

Emmanuel Macron s’est adressé aux Français, lundi soir, pour la quatrième fois depuis le début de la crise sanitaire. Le président de la République a noté que « l’épidémie commence à marquer le pas » en France et annoncé le prolongement du confinement jusqu’au lundi 11 mai.

Le chef de l’État s’est une nouvelle fois adressé aux Français, ce lundi 13 avril, alors que le Covid-19 a tué 14 967 personnes en France. Pour détailler la manière dont le gouvernement gère la crise sanitaire due au coronavirus et comment il compte en sortir le pays, le président de la République s’est exprimé sur de nombreux sujets.

Confinement prolongé

Malgré une épidémie qui « commence à marquer le pas », le président de la République a annoncé que le « confinement le plus strict doit encore se poursuivre jusqu’au lundi 11 mai ».

Dès le 11 mai, les crèches, écoles, collèges et lycées rouvriront progressivement leurs portes. Toutefois, des règles particulières seront mises en place. Concernant les études supérieures, les cours ne reprendront pas « physiquement » avant l’été. Les lieux recevant du public, notamment les bars, restaurants, hôtels ou encore musées, resteront quant à eux encore fermés « à ce stade », a annoncé le président. Il n’y aura pas de festivals « avant mi-juillet ».

Déconfinement

Tests généralisés, suivi et isolement des personnes contaminées, le président de la République a commencé à détailler comment le déconfinement sera mis en place. Si la vie des Français pourra partiellement reprendre son cours, les frontières avec les pays non européens resteront fermées « jusqu’à nouvel ordre ».

À partir du 11 mai, l’usage du masque « grand public » pourrait devenir « systématique », assure le président et le pays sera « en capacité de tester toute personne présentant des symptômes ».

Pour préciser toutes les modalités de déconfinement, d’ici 15 jours, le gouvernement présentera le plan pour « l’après 11 mai ». « ll nous faut procéder avec calme et courage », a déclaré Emmanuel Macron en évoquant le risque d’une seconde vague.

« Le moment a révélé des failles, des insuffisances »

Emmanuel Macron a également admis « des insuffisances ». « Étions-nous préparés à cette crise ? À l’évidence pas assez mais nous avons fait face », a reconnu le président évoquant le sujet des blouses, du gel hydroalcoolique ou encore des masques.

« Dès l’instant où ces problèmes ont été identifiés, nous nous sommes mobilisés pour produire et pour acquérir le matériel nécessaire », a toutefois ajouté Emmanuel Macron. Il a également rappelé, comme dans son précédent discours, que l’éxécutif tirera « toutes les conséquences » de cette crise.

Aides économiques

Pour venir en aide aux personnes les plus impactées par le confinement, le président de la République a déclaré qu’une aide économique sera versée « sans délai » aux personnes seules, avec enfants. Une aide est également prévue pour les étudiants précaires.

Des aides spécifiques seront également versées aux secteurs particulièrement touchés par le confinement comme le tourisme ou l’hôtellerie. Concernant les mesures de chômage partiel, qui touchent aujourd’hui plus de huit millions de salariés, elles seront « prolongées et renforcées » a assuré Emmanuel Macron.

Pour l’Afrique, Emmanuel Macron a prôné une annulation massive de la dette des pays du continent pour les aider à lutter contre la pandémie.

Les précédents discours

Lors de ses précédentes prises de parole, outre les mesures de limitation des déplacements, de fermeture de commerces et de confinement, Emmanuel Macron avait déjà fait plusieurs annonces. Il avait notamment annoncé le 25 mars, lors d’un discours à l’hôpital de campagne militaire installé dans l’est de la France, le recours à l’armée dans le cadre de l’opération « Résilience ». Un « plan massif » pour l’hôpital a également été promis par l’éxécutif, une fois la crise terminée.

L’objectif de ces discours est aussi, pour Emmanuel Macron comme pour le gouvernement, de retrouver la confiance des Français dans leur gestion de la crise, qui a sensiblement reculé ces deux dernières semaines. Selon un sondage Label, elle a a toutefois connu, mercredi 8 avril, une légère remontée de 2 points. 43 % des Français disent faire confiance au président pour « lutter efficacement contre l’épidémie de coronavirus ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.