Coronavirus – Macky Sall : la question du rapatriement n’est pas simple

0
Le Sénégal travaille de concert avec les autorités chinoises pour que les ressortissants sénégalais en Chine puissent bénéficier d’un suivi convenable, en lien avec l’épidémie du coronavirus, a indiqué lundi à Dakar le chef de l’Etat Macky Sall.

« Nous avons pu envoyer des appuis, mais la question du rapatriement qui a été posée n’est pas simple. Je voudrais dire que nous travaillons aussi avec les autorités chinoises pour voir toutes possibilités de les suivre de façon convenable », a-t-il déclaré à l’occasion de la cérémonie mensuelle de levée des couleurs, au palais de la République.

Le président Sall assure avoir « une pensée très grande » pour ses compatriotes vivant à Wuhan, province chinoise d’où est partie l’épidémie du Coronavirus qui se propage de plus en plus dans le monde.
Ce virus, qui a fait son apparition en décembre dernier, a contaminé à ce jour plus de 14.000 personnes, dont plus de 300 décès, selon un dernier bilan publié dimanche.
« Nous en avons 12 » Sénégalais à Wuhan, et un 13ème y « était en séjour, nous sommes en contact avec eux, par le canal du ministère des Affaires étrangères et notre ambassade à Beijing », a renseigné Macky Sall.
Le Sénégal, « pour l’instant », en est à ce niveau, a dit le président de la République selon qui « même les grands pays ayant fait des rapatriements, l’ont effectué avec beaucoup de difficultés ».
« Cela requiert des logistiques tout à fait hors de portée du Sénégal, notamment des avions spéciaux, du personnel, etc. », a-t-il poursuivi, sans compter que d’autres conditions sont à remplir car, dit-il, le retour de ces compatriotes requiert également la mise en quarantaine, dans un lieu équipé en conséquence.
« Ce qui n’est pas le cas, pour le moment, de notre pays. Mais, pour autant, nous ne pouvons pas délaisser nos compatriotes », a fait valoir le président de la République.
Il a exprimé sa solidarité à « l’ensemble des pays touchés » par l’épidémie et particulièrement à la Chine où elle a démarré, parlant d’une « situation extrêmement difficile », avec des risques de contagion « assez importants ».
« Il faut souhaiter dans les pays, qu’on n’ait pas très rapidement une telle situation, puis qu’il faut un système sanitaire robuste pour pouvoir faire face », a-t-il avancé.
Selon le chef de l’Etat, si l’épidémie n’a pu atteindre jusque-là une certaine ampleur, « c’est grâce à de très grandes mesures de confinement et d’hygiène spéciales prises par la Chine ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.