CYBERCRIMINALITÉ: Après les « sextorsions », la police alerte sur les « rançongiciels »

0
La Division Spéciale de Cybersécurité de la Police Nationale dans sa mission de service public de police judiciaire a constaté une recrudescence de plaintes ou de signalements relatifs à des virus informatiques de sites « rançongiciels ».
Il s’agit d’un programme qui bloque l’accès aux fichiers de l’ordinateur d’une victime en réclamant le payement d’une rançon pour un retour à la normale.
Une fois l’ordinateur attaqué apparait sur l’écran un message informant la victime de l’infection et des modalités de payement pour un déblocage.
L’infection se fait généralement suite à l’ouverture d’une pièce jointe, d’un clic sur le lien malveillant reçu dans des courriels, ou encore, simplement en navigant sur des sites internet compromis.
Ce fait constitue une infraction passible d’une sanction devant les juridictions pénales nationales.
Aussi, la Police Nationale exhorte tous les sénégalais et autres étrangers vivant au Sénégal à :
– Ne payer aucune rançon ;
– Déposer plainte auprès de la Division Spéciale de la Cybersécurité de la Police Nationale ou de tout autre service dédié ;
– Identifier ou faire identifier le type de virus à l’origine de l’infection tout en ne débranchant pas l’ordinateur ;
– Appliquer ou faire appliquer une méthode de désinfection lorsqu’elle existe ;
– Effectuer ou faire effectuer une restauration complète de l’ordinateur.
A cet effet, la Police Nationale conseille les justiciables à :
– Mettre à jour et mettre à niveau le système d’exploitation et l’anti-virus de l’ordinateur
– Réaliser des copies de sauvegarde régulière de toutes les données ;
– En fin, faire attention aux mails inconnus et aux sites non sécurisés ».
Massire Fatou Sarr, Baye Dame Ndao et 15 autres personnes
7 partages
J’aime
Commenter

Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.