Des chants racistes et des cris de singe contre Koulibaly

0

Une honte absolue. L’image laissée par les supporters de l’Inter Milan est terrible. Elle dépasse largement le cadre du football et pose une nouvelle fois la question du racisme. Avec cette fois, Kalidou Koulibaly pris pour cible.

La rencontre opposant l’Inter Milan à Naples a montré la pire image possible. Cela a débuté par des bagarres entre ultras avant la rencontre, un supporter napolitain a d’ailleurs été hospitalisé après avoir reçu un coup de couteau. Cela ne s’est malheureusement pas arrêté là. Car une fois dans le stade, certains supporters, notamment de la Curva nord, ont conspué Kalidou Koulibaly avec des insultes, des chants racistes et même des cris de singe. Une honte absolue.

« On a demandé 3 fois que le match soit arrêté. Koulibaly était agité, nerveux à cause de ces chants et ce n’est bon ni pour nous ni pour le Calcio« , a lâché un Carlo Ancelotti qui expliquera par la suite que son équipe n’hésitera pas à quitter le terrain la prochaine fois, quitte à écoper d’une sanction. De ce fait, si des requêtes ont été lancées à 3 reprises via le micro du stade, seule une interruption du match aurait eu du sens.

Ces faits sont trop graves pour fermer les yeux ou faire semblant de les combattre. Qui pouvait seulement imaginer que demander à ces énergumènes d’arrêter aurait eu un quelconque effet ? Le comble reste que Koulibaly a reçu deux avertissements en deux minutes, le premier pour avoir stoppé de manière illicite une contre-attaque, le deuxième pour avoir applaudi l’arbitre…

« Je suis désolé pour la défaite et surtout pour avoir quitté mes frères ! Mais je suis fier de la couleur de ma peau, d’être Français, Sénégalais, Napolitain : homme« , a pour sa part twitté Koulibaly. La Ligue italienne a désormais toutes les cartes en mains pour agir.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.