Dessin animé et perversion des mineurs : Jamra alerte encore l’opinion publique ! »Waw kay bi mo thi dessoon nak… »

0

LA promotion de l’homosexualité et du lesbianisme juvénile, à travers les bandes dessinées pour enfants, semblent être la nouvelle trouvaille des lobbies maçonniques, qui veulent bâtir une société sans Dieu. Ils reviennent en force avec «NICKOLÉDÉON» (canal N°86 du bouquet CANAL-HORIZON).

LEUR NOUVELLE STRATÉGIE? Poursuivre tranquillement leur entreprise subliminale de banalisation de cette déviance comportementale, à travers des bandes-dessinées pour enfants. Avec pour conséquence évidente que cette déviance devienne progressivement, sous prétexte «qu’il ne s’agit que d’une fiction», dans les frêles esprits de nombreux d’adolescents, une «normalité».

LES PARENTS qui pensent que les séries télévisées de bandes dessinées dont s’abreuvent nos enfants, qui ne se doutent de rien, sont inoffensives, sont prévenus!

LES PROMOTEURS de ce prosélytisme malsain, ciblant les adolescents, semblent n’avoir cure des sensibilités qu’ils heurtent violemment. En atteste le dessin animé intitulé «Bienvenue chez les Loud», qui passe en boucle sur NICKOLEDÉON (n°86 du bouquet CANAL+).

LE SCÉNARIO de ce dessin animé présente, de façon «cool», à nos enfants une famille «cool» de 11 gamins dans laquelle règnent «l’amour» et la «convivialité». On y présente à nos enfants un petit garçon noir qui a deux papas, «très gentils et aimants». Il s’appelle «Clyde». Cette nouvelle vedette de nos enfants vit très heureux avec ses deux papas homosexuels (voir photos) qui l’entourent d’amour. Un manière subtile de faire admettre psychologiquement à nos enfants qu’il n’y a aucune différence entre un couple homosexuel et un couple hétéro’. Et qu’être HOMOSEXUEL est non seulement «cool» mais normal. Pour ne citer que cette séquence ahurissante. Parmi tant d’autres. Aussi choquantes les unes que les autres.

Vous découvrirez aussi dans ce dessin animé comment la nommée «Louan», cette vedette virtuelle des unions contre-nature, fait «comprendre» aux téléspectatrices, à nos fillettes, qu’être LESBIENNE est non seulement «très cool», mais qu’il ne s’agit que d’une «orientation sexuelle normale et naturelle».

Cette série enfantine, apparemment inoffensive, nous donne ainsi une idée de la subtilité dont sait habilement faire preuve le diable, pour inculquer à nos enfants, à travers ce dessin animé «très cool», de nouvelles notions «d’amour et d’amitié».

Ne laissons pas  des adultes éduquer, à distance et à notre place, nos enfants. C’est un secret de Polichinelle: le monde féérique de la production audiovisuelle enfantine est truffé de PÉDOPHILES. Beaucoup d’organisations consuméristes occidentales le dénoncent, à présent. Derrière la plupart des dessins animés, donc pas tous, heureusement, se cachent souvent des adultes véreux, aux mobiles obscures et à la moralité douteuse, qui investissent de leur temps et de leur argent pour inculquer de «nouvelles valeurs» à nos enfants, et à notre insu, en perspective du «Nouvel ordre mondial», en construction. Alors, VIGILANCE !

JAMRA avait déjà interpellé le CNRA (Conseil national de régulation de l’audiovisuel), depuis le 29 novembre dernier, à travers une «saisine préventive», lorsque le bouquet CANAL+ avait créé «HELLO», une chaîne qui, selon les responsables mêmes du service du marketing du Groupe CANAL+, est «exclusivement dédiée aux œuvres et à la création LGBT» – lesbian, gay, bisexual, transgender.

En réaction à cette saisine de JAMRA, le groupe audiovisuel privé français CANAL+, avait aussitôt fait une sortie médiatique, sur les ondes de la RFM. Pas pour démentir JAMRA, mais «pour préciser que la chaîne HELLO était destinée à la communauté LGBT et ne figurera pas dans le bouquet que CANAL-HORIZON diffuse au Sénégal». Dont acte. Mais JAMRA ne fut pas rassurée pour autant. Car, tout le monde sait que ce groupe audiovisuel, multirécidiviste dans le «clair-obscure», est un habitué des effets d’annonce sur fond de ballon-sonde.

Nous avons tous souvenance comment CANAL-HORIZON avait réussi, durant l’année 2000, en dépit des timides grincements de dents qu’avaient suscité «Confessions érotiques» dans les milieux des éducateurs et des chefs de familles avisés, à «rouler dans la farine» l’opinion sénégalaise, pour faire passer cette scandaleuse série, tant décriée. CANAL avait d’abord fait semblant de reculer. Mais en réalité il s’agissait juste d’un repli stratégique pour mieux sauter. Il a fallu une forte mobilisation de l’opinion, à travers une MARCHE PACIFIQUE organisée par JAMRA, le 19 août 2000 (voir photo), au terme de laquelle un mémorandum a été remis au ministre de la Culture de l’époque, Mamadou Diop Decroix, pour que cette dérive audiovisuelle, alors diffusée «en clair» (gratuitement), et qui venait agresser moralement nos enfants jusque dans le havre tranquille de la cellule familiale, leurs derniers retranchements, fût retirée des écrans, sur ordre du HCA (Haut conseil de l’audiovisuel – ancêtre du CNRA), alors présidé par le défunt magistrat Babacar Kébé. Et la page fût tournée pour la série pornographique «Confessions érotiques», qui a été définitivement retirée du petit écran sénégalais.

POUR NE PAS avoir à jouer le rôle (hypocrite) du «médecin après la mort»; et face à la fâcheuse manie de CANAL+ à vulgariser auprès des enfants des contre-valeurs, en faisant notamment l’apologie de l’homosexualité dans la société sénégalaise, JAMRA avait, en dépit des dénégations de CANAL, relativement à sa chaîne LGBT «HELLO», adressé, sous la signature de Imam Massamba Diop, une «saisine préventive» au gendarme de l’audiovisuel, le CNRA. Car, comme l’enseigne le sage Koth Barma, «Ku ndobine réyy sa maam…. ». Et la page fût également tournée pour la chaîne satanique «HELLO», qui ne fut jamais, Dieu merci, incluse dans le bouquet diffusé par CANAL+ au Sénégal.

NICKOLEDÉON ne dérogera pas aujourd’hui à la règle. D’autant que le «Comité de défense des valeurs morales» (CDVM), dirigé par nos partenaires Serigne Bassirou Mbacké Cheikh Astou Fall, et l’ONG islamique JAMRA, ont été, entre-temps, abondamment interpellés par de nombreux compatriotes indignés par les «avant-premières» d’une nouvelle série télévisée sénégalaise, intitulée «RÉWOLENE».

Une oeuvre de banalisation de l’idéologie LGBT, chez les jeunes. Et pour laquelle JAMRA et le CDVM avaient, séance tenante, saisi le CNRA, d’une plainte en bonne et due forme, en date du 28 février dernier, afin que le régulateur de l’audiovisuel mette un frein salutaire à la volonté manifeste des scénaristes de «REWOLENE» de banaliser chez les jeunes cette déviance sexuelle qu’est l’homosexualité, fermement bannie par les Textes Sacrés de référence de 98% des croyants de notre pays, musulmans et chrétiens confondus. Et réprimée par l’article 319 du Code pénal sénégalais.

Déplorant l’excessive lourdeur des procédures administratives, qui plombent chaque jour d’avantage le fonctionnement du CNRA qui, depuis le 28 février, soit quatre mois, «étudie» toujours la plainte du CDVM et de JAMRA, concernant «REWOLENE»;

Considérant la subite et inquiétante INACCESSIBILITÉ du président de l’organe de régulation de l’audiovisuel, le CNRA, patrimoine du Consommateur et du Contribuable sénégalais; et soucieux de la préservation de la stabilité sociale de notre pays, face à ces nouvelles dérives audiovisuelles susceptibles d’être source de trouble à l’ordre public, l’ONG ISLAMIQUE JAMRA, le CDVM de Serigne Bassirou Mbacké Cheikh Astou Fall et l’ONG DARAL QURANE WAL IKHSSANE de imam ratib El Hadji Alioune Dia, ont décidé d’organiser, dès la fin de l’état d’urgence COVID19, une grande MARCHE PACIFIQUE de protestation, à l’image de celle que JAMRA organisa le 19 août 2000, contre «Confessions érotiques» de CANAL-HORIZON. Et que le président du HCA, le professeur Babacar Kébé, avait «résolu» avec diligence et responsabilité, en retirant purement et simplement des écrans cette abomination qui pervertissait nos enfants.

Les Bureaux exécutifs de JAMRA & MBAÑ GACCE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.