Deux ans en larmes

0

Qui n’osera pas le citer
Ce grand homme de la cité.
Il incarne l’universalité
Bien sûr avec efficacité

Mame cheikh, le grand maître
Nous a tout enseignés
De belle manière, à la lettre
Merci de nous avoir renseigné

Du champs de course
Au champs de cours
Al Maktoom notre source
Nous manque toujours

Un regard mystérieux
Dans la grande secquiére
Nous a rendus glorieux
Pour une nouvelle ère

Une personnalité remarquable
Observant ses traités
Sous une ornière abordable
Force d’être impliqué

Un instant plus que tragique
C’est la perte d’un pôle énigmatique.
Un environnement hémorragique
Est témoin de sa personnalité fantastique.

Abdourahamane Diallo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.