« Droguée » puis « vi0lée », Ramata Ka enterre vivant son nouveau né !

0

La divorcée Ramata Kà est condamnée hier à 5 ans de travaux forcés par la chambre criminelle du tribunal de grande instance de Louga. Elle avait enterré vivant son nouveau né de sexe féminin.

L’horrible histoire est narrée dans le journal l’Observateur qui revient sur les faits. Poursuivie pour infanticide et crime, l’accusée  a plaidé non coupable. Seulement, elle a avoué avoir enterré seule, son nouveau né dans la nuit du 7 au 8 Avril 2017. Ce après qu’elle a réalisé la prouesse d’accoucher sans assistance dans sa chambre.

Alors, après la délivrance, la jeune dame qui avait mûri un plan pour se débarrasser du nouveau né  a passé à la vitesse supérieure en creusant à l’angle du bâtiment, un grand trou où elle a enterré le bébé.

Elle a été dénoncée par ses colocataires. Son jeu a été démasqué par une femme avec qui elle partageait la même maison.Celle-ci a constaté des traces de sang un peu partout dans les toilettes et n’a pas hésité à aviser son mari sur cette découverte peu ordinaire.

Une de ses colocataires a passé au peigne  fin la maison et a découvert l’horreur.Face aux limiers, la dame  a déclarée qu’elle a été violée et droguée par le collègue de son bon père. Elle a été condamnée  à 5 ans de travaux forcés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.