Effondrement de l’immeuble de Bel Air : le bilan s’alourdit à six morts (sapeurs-pompiers)

0

Le bilan de l’accident de la Rocade Fann-Belair, près de Colobane, à Dakar, où un immeuble de deux bâtiments contigus s’est effondré dans la nuit de vendredi à samedi, s’est alourdi à six morts, après la découverte de 4 nouveaux corps par les secouristes.

Un premier bilan de l’accident faisait état de deux morts, dont un garçon de 5 ans et de nombreux blessés.

« Nous venons de terminer les opérations et le bilan est lourd, c’est six corps sans vie et six personnes évacuées vers les structures sanitaires de la place », a déclaré le lieutenant-colonel Papa Ange Michel Diatta, commandant du groupement des sapeurs-pompiers de la région de Dakar.

Il animait un point de presse, samedi après-midi, au terme des opérations de secours qui ont duré près de 12 heures de temps.

« C’est un bâtiment R+2 qui s’est effondré d’un seul coup, et tous les débris étaient entassés. Il fallait y aller très doucement à main nue. Et ensuite, il a fallu user des moyens un peu lourds pour faire soulever les grosses dalles qui étaient sur le site », a-t-il expliqué.

Une dame dont l’âge n’a pas été précisé compte parmi les victimes, de même que deux enfants de 2 et 5 ans, deux jeunes hommes et une vieille dame.

Selon le lieutenant-colonel Diatta, c’est aux environs de 4 h 18 minutes que ses services avaient été alertés pour l’effondrement d’un bâtiment.

« Arrivée sur les lieux, la 12ème compagnie (des sapeurs-pompiers), qui est la plus proche’’ du site de l’accident, a fait le constat de l’effondrement du bâtiment en question, un R+2 à usage d’habitation.

En raison de l’ampleur de l’accident, du renfort a été demandé par les secouristes, notamment des médecins.

Des ambulances, classiques et médicalisées, ainsi que des médecins urgentistes du SAMU, sont également venus renforcer les secouristes un peu plus tard.

Les éléments de compagnie de sauvetage des sapeurs-pompiers ont aussi été appelés pour prêter main forte.

« C’était assez lourd comme situation, et nous avons eu à demander un renfort d’engins d’élévation », a souligné le commandant du Groupement des sapeurs-pompiers de la région de Dakar.

« Il faut relever que nous avons fait face à des difficultés. C’était compliqué. Il faisait nuit et il a fallu que l’on fasse venir des unités d’éclairages pour accéder sur les lieux de l’effondrement. Et même après l’arrivée des engins, il nous était difficile d’y approcher », a-t-il insisté.

Le commandant des sapeurs-pompiers de Dakar en a profité pour inviter les Sénégalais à se référer aux services compétents pour la construction de n’importe quel bâtiment à usage d’habitation.

Il n’était toutefois pas en mesure de dire si la vétusté de l’immeuble est en cause dans cet accident.

Les familles des victimes étaient pour la plupart inconsolables, certains complétement sous le choc, à l’image d’une vieille dame qui a perdu sa fille et ses deux petit-fils dans l’accident.

A quelques pas d’elle, une jeune maman était en sanglots, ne pouvant réaliser que sa petite fille qui devait retourner la semaine prochaine dans leur village de l’intérieur du Sénégal pour la rentrée scolaire, ne va plus jamais s’asseoir sur un table-banc.

Les rares personnes qui semblaient garder leur calme, s’employaient à consoler les autres, dans un contexte de détresse généralisée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.