FIN DE CONTRAT DE LA PREMIERE GENERATION: 7000 Agents de sécurité de proximité à la rue au mois de mars

0

La fin d’engagement de la première génération des Asp arrive à terme. C’est le rapport d’activités 2017 du ministère de l’Intérieur qui a levé le lièvre sur la situation de l’agence d’un point de vue de l’insuffisance du personnel. Conséquence : 7000 jeunes de la première génération des Asp risquent de se retrouver au chômage, au mois de mars, si jamais le renouvellement statutaire n’est pas fait.

En voilà un problème qui tient à cœur le ministère de l’Intérieur ! En effet, soucieux du maillage du territoire national par les forces de l’ordre, avec la menace terroriste, le ministre de l’Intérieur voudrait que l’Etat se penche sérieusement sur la situation de l’Agence d’assistance à la sécurité de proximité. La situation a été évoquée dans le rapport d’activités 2017 du ministère de l’Intérieur. «Plusieurs postes sont tenus par des Asp au niveau de l’administration de l’Agence. Ceci s’explique par l’insuffisance du personnel, toutes catégories confondues, malgré les recrutements opérés. Face aux multiples défis auxquels fait face l’Agence, il s’avère de plus en plus nécessaire de renforcer le personnel pour y faire face», note le document que nous avons parcouru. Plus grave, au mois de mars, 7000 jeunes risquent de se retrouver au chômage. «L’engagement des Asp de première génération arrive à terme au mois de mars 2018 après un renouvellement statutaire de 2 ans intervenu au mois de mars 2016», explique le document.

Une démobilisation dans ce contexte socio-politique sensible…

Une situation pas du tout adéquate, à quelques mois des élections présidentielles et avec la menace terroriste qui ronge les pays frontaliers au Sénégal. «La démobilisation de plus de 7000 jeunes dans un contexte socio-politique sensible constitue une opération assez délicate», renseigne les services du ministère de l’Intérieur. Même s’il est vrai qu’un programme de formation et d’appui à l’insertion est en cours d’exécution, le ministère de l’Intérieur argue qu’il serait «très judicieux d’examiner les possibilités de prolongation des contrats d’engagement des Asp de la première génération». A cela s’ajoute le problème d’insertion, car Aly Ngouille Ndiaye voudrait qu’un quota dans les concours de la police et la gendarmerie soit accordé aux Asp. «Il importe aussi d’examiner la possibilité de leur insertion au niveau de certaines structures utilisatrices et dans la fonction publique, mais aussi leur accorder un quota ou un bonus social dans le cadre des concours de la police et de la gendarmerie pour services rendus à la Nation», note le document.

Pécule très modique

Autre point révélé par le document, c’est «le pécule versé à l’Asp qui est jugé modique par l’ensemble des services utilisateurs, dont l’administration territoriale, au regard des tâches auxquelles ces derniers sont astreints». D’ailleurs, les services d’Aly Ngouille Ndiaye estiment qu’il serait tout à fait indiqué «d’examiner les possibilités de sa valorisation, quand bien même la Direction générale a pris des mesures pour améliorer leurs conditions de travail, comme la prise en charge médicale et pharmaceutique ainsi que la gratuité du transport dans la région de Dakar».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.