Je veux gagner cette CAN depuis 1999 (Aliou Cissé)

0

En conférence de presse, ce vendredi, le sélectionneur des Lions, Aliou Cissé, est revenu longuement sur la préparation de la CAN, les blessures de Kalidou Koulibaly et Ismaïla Sarr, la libération des joueurs, les chances de son équipe de remporter le trophée, entre autres questions.

Pourquoi le choix de Kigali pour le camp de base d’avant CAN ?

La préparation va se dérouler en 3 étapes. D’abord, on va faire 3 ou 4 jours à Dakar. Déjà le 30 décembre, on va récupérer le drapeau national au Palais. C’est un moment important pour nous. L’équipe nationale est la seule en Afrique à être reçue avant une compétition par le chef de l’État. On se rendra au Rwanda le 31 décembre. Il y aura un match amical contre l’équipe rwandaise le 3 janvier. Et l’équipe va rallier le 4 janvier Bafoussam. On a choisi Kigali pour s’acclimater et évoluer dans les mêmes conditions qu’à Bafoussam. Le Rwanda est un pays en altitude et c’est le même climat que le Cameroun.

Qu’en est-il des blessures de Koulibaly et Ismaïla Sarr qui sont sur la liste des 27 ?

Les nouvelles sont rassurantes concernant les deux joueurs. Kalidou Koulibaly a repris la course et c’est bon signe. En plus, on a de bonnes nouvelles venant de son staff médical. On verra si on peut l’avoir pour le premier match contre le Zimbabwe, sinon on va le récupérer pour le deuxième face à la Guinée. J’ai échangé avec Ismaïla Sarr et il va beaucoup mieux. On attend les réponses du staff médical de Watford. Il sera certainement court pour les 3 matchs de poule mais on compte le récupérer pour les 8ème de finale et la suite du tournoi. Je ne me fais pas de soucis par rapport à leur présence au Cameroun.

Vous avez l’habitude de faire superviser vos adversaires. Et pour cette CAN ?

On a choisi 3 entraîneurs qui vont assurer la supervision de nos adversaires. On va dévoiler leurs identités le moment venu. Mais il faut noter qu’ils ont commencé le travail depuis longtemps.
Tenue de la CAN…

Quel regard portez-vous sur cette CAN avec toutes ces rumeurs de report ou d’annulation qui l’ont accompagnée ?

On se réjouit que la CAN aura lieu au Cameroun et aux dates retenues. Cette compétition est importante pour les populations africaines. C’est la fête du football africain et des moments de communion. Maintenant, c’est le COCAN qui doit être à la hauteur des attentes et relever le défi de l’organisation. Le football est important mais la santé est primordiale. J’espère que toutes les mesures seront prises pour assurer la santé des acteurs.

Vous faites vous du souci pour la libération de vos joueurs ?

On a toujours été correct avec les clubs. La libération des joueurs est un droit. Donc, on pense que cela va se faire dans les règles de l’art. La CAN est une date FIFA et les clubs le savent. J’attends en tout cas les joueurs du 27 au 30 décembre. Certains clubs disent qu’on doit laisser les joueurs pour les matchs de championnat d’Angleterre, prévus le 3 janvier. Je suis contre cette idée et j’attends les joueurs convoqués le 30 décembre. Tout ce que je peux dire sur la libération sera une répétition. C’est un droit et les clubs doivent le respecter.

Le sacre continental est une grosse attente pour le peuple sénégalais. Qu’est-ce que cela vous inspire ? 

Je cours après cette CAN depuis 1999 (année de sa première apparition en équipe nationale en match de la CAN 2000 à laquelle il ne participera pas, ndlr). Je veux la gagner, comme cette génération de joueurs. On y travaille depuis des années et on fera tout pour ramener la coupe au Sénégal. Les gens travaillent sans relâche pour gagner ce trophée. On y croit et on se donnera les moyens d’aller jusqu’au bout. C’est notre souhait le plus ardent et on compte sur le soutien de tout le monde.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.