Kaolack : Echange de tirs entre bandits et policiers en pleine rue

0

Apres le braquage à Koumpentoum, sanctionné par la mort du commandant de la brigade de gendarmerie locale, les malfrats se sont signalés à kaolack. Démasqués par une patrouille de la police, les brigands vont ouvrir le feu sur les limiers. C’est le début de longues heures d’échanges de tirs dans les rues de Kaolack.

Dans la nuit du vendredi 26 au au samedi 27 juillet dernier, les noctambules et autres lève-tôt de la commune de kaolack vont être témoins d’une scène digne des films hollywoodiens. Vers 5 heures du matin, une patrouille du commissariat urbain qui sillonnait les rues tombe sur des malfrats armes jusqu’aux dents, qui levaient le coude dans une boite de nuit à l’enseigne, « sun saloum ».

A la vue des limiers, les malfaiteurs ont aussitôt vidé les lieux à bord d’un véhicule dans lequel, ils avaient dissimulés leurs arsenal, fait de coupe-coupe, fusils, cisailles, tenailles, marteaux… Ils sont de suite suivis par les limiers à bord de leur voiture de patrouille. Les malfaiteurs seront ainsi rattrapes au quartier kasnack. Là, les limiers procèdent à des tirs de sommation pour contraindre les brigands à se rendre. Peine perdue. Téméraires, les malfrats descendent de leur véhicule, décidés à en découdre avec des policiers qui vont sonner la riposte. Il s’en est suivi une altercation au terme de laquelle, les malfaiteurs vont battre en retraite. Ils sont à nouveau poursuivis par les hommes du commissaire Mamadou Bopp, déterminés à mettre hors état de nuire ces hors-la-loi. S’en suit une course-pour-suite à travers les rues de la commune.

Coincés, les malfaiteurs font usage de leurs armes à feu. Ils tirent en direction du véhicule de la police. Les limiers ripostent. C’est le début d’un échange nourri de tirs. Une des balles tires par les policiers troue un des pneus du véhicule des braqueurs. Maîtrisant parfaitement les recoins de la capitale du saloum, les malfrats vont se terrer dans l’atelier d’un vulganisateur pour y réparer le pneu crevé.

A cours de munitions, les assaillants s’arment de pierres et briques. Les limiers qui tenaient à appréhender les brigands vivants, vont faire preuve de retenue.

Au final, ils mettront le grappin sur deux des assaillants dont une prostituée. Le reste de la bande parviendra à disparaître à la faveur de la pénombre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.