Kinapping à Mbour : Libération des 4 militaires marins Bissau Guinéen

0
Kinapping à Mbour : Libération des 4 militaires marins Bissau Guinéen

Les garde-côtes Bissau Guinéens qui ont été kidnappé par des pêcheurs sénégalais rentrent, ce jeudi, dans leur pays. Les 12 pêcheurs kidnappeurs sont toujours placés en garde à vue.

Les quatre militaires marins kidnappés par des pêcheurs sénégalais rentrent aujourd’hui dans leur pays. Quant aux 12 pêcheurs impliqués dans cette affaire, ils sont toujours en garde à vue à la gendarmerie.  Les acteurs de la pêche se désolent de la situation avant de justifier l’acte des pécheurs. “La plupart des pécheurs arrêts souffrent une fois en Guinée Bissau. L’amende est trop cher, ils n’on aucun interlocuteur, ils peinent à manger, ils perdent tout leur matériel alors qu’ils ont dépensé plus de 5 millions de F Cfa entre la pirogue, le carburant et autre. Pour éviter cette galère, ils essayent de trouver une solution“, a déclaré sur Rfm, Moustapha Diatta.

La faute imputée aux autorités sénégalaises 

Ils disent être conscients des incidents diplomatiques que cela peut entrainer. Mais ils incombent la faute aux autorités sénégalaises. “Nos autorités n’ont pas pris des dispositions pour pouvoir protéger les eaux sénégalaises. Aujourd’hui, si on arrive à quitter ce pays pour aller dans un pays étranger pour trouver du poisson, c’est parce que les ressources sont mal gérées. C’est cela le vrai problème. Même si j’avoue que kidnapper des soldats peut entrainer un conflit entre deux pays. Tout cela, c’est à cause de nos autorités qui n’ont pas bien géré nos ressources“, a pesté , coordonnateur de l’Union nationale des pêcheurs artisanaux du Sénégal, ,section Mbour.

Les pêcheurs sénégalais invités au respect des lois et règlements des pays étrangers 

Les acteurs de la pêche invitent aussi les pêcheurs à respecter les lois et règlements des pays étrangers. “Par exemple, un pécheur qui part en Gambie, le minimum qu’il faut faire c’est de se rendre au service de pêche et voir les autorités pour pouvoir s’informer du mode de pêche gambien afin de pouvoir éviter certaines dérives“,  Pape Gana Gueye, coordonnateur du Conseil local de pêche artisanal de Joal-Fadiouth.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.