La fellation ou cunnilingus : un plaisir décidément mortel

0

Suite à l’article portant sur le « papillome humain », rappelons, lire l’article « les rapports $exuels décidément mortels ». Les études démontrent que le papillomavirus est connu pour être une des causes du cancer bucco-pharyngé (gorge et bouche) à travers la fellation ou le cunnilingus.

« Je ne connais pas vraiment le papillomavirus en tout moi je pratique la fellation avec mon mari à chaque fois qu’il le souhaite et j’adore » des paroles d’Astou Camara, une femme de la vingtaine plutôt peinte d’une image audacieuse n’est décidément pas informé des risques à le pratiquer tout comme Sidy Ndao communément appelé « Sidy Saf lé » éprouve du plaisir à « cunnilinguer » sa copine, « ça le rend dingue de moi » voilà comment il conclut.
Nombreux sont ce qui ne comprennent pas que ce jeu est mortel sanitairement. La pratique du $exe oral (cunnilingus ou fellation) a plus de risque d’animer le cancer bucco-pharyngé en passant par les IST en revanche, il n’y a pas de contamination possible des IST comme le VIH si en pratiquant le $exe oral il n’y avait pas de trace de sang des règles, ni sperme dans la bouche.
Cependant il faut savoir que le papillomavirus humain, (HVP) responsable est un virus à ADN de la famille des papillomaviridés.

images (24)Il s’attaque à différentes muqueuses, notamment au col de l’utérus, et peut causer des cancers notamment celui buccopharyngé (le $exe oral). A l’origine des tumeurs oropharyngées c’est-à-dire situées dans la bouche et la gorge. Et c’est plus remarqué chez les hommes et chez les jeunes personnes. De prime abord la science à préconiser une vaccination pour les jeunes filles (14ans) avant leur premier rapport $exuel les protège en même temps d’un cancer du col de l’utérus.
Mais une étude sur deux montre que ce virus tant « vue » chez les filles se trouve principalement chez la gente masculine. Les spécialistes ont donc mis au point un vaccin pour les hommes qui protège contre quatre souches de papillomavirus, connu pour être les deux responsables de plus de 70 % des cancers du col de l’utérus et celles qui provoquent des verrues génitales.
Toutefois les médecins indiquent que le cancer bucco-pharyngé demeure faible. Mais n’excluent pas les probabilités que les pratiques bucco-génitales peuvent en causer davantage. Et encore il peut être guéri s’il est traiter précocement et que 90% des malades en survivent des années après sans complication ni récurrence.
Somme toute, les médecins ne devraient taire à organiser des campagnes de sensibilisation pour guérir les idées avant de guérir la maladie.

Mame Diarra pour sunugal24.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.