La presse mâtée au centre-ville : « C’est inacceptable » (Bamba Kassé)

0

Ls journalistes ont eu chaud, au centre-ville, ce vendredi après-midi. A l’occasion de la marche du collectif de « Noo Lank ». A l’appel d’un commandement de la police, bien identifié, des journalistes ont été gazés traqués, comme pas possible par les forces de l’ordre.  Jusqu’à leurs derniers retranchements. Ceci, à la grande colère de Bamba Kassé, Sg du Synpics.

Le Synpics indigné condamne

Le secrétaire général du Synpics, indigné, a condamné, jusqu’à la dernière énergie, ces bavures policières contre des journalistes, lors de la manif du collectif Noo Lank. Des actes, dit-il, qui n’honorent pas le Sénégal.

« C’est inacceptable !  Dans la mesure où les autorités qui coiffent cette opération  ont été mises au courant de ce qui s’est passé. Mais elles sont restées de marbre », lâche, dépité, Bamba Kassé.

Le bourreau des journalistes identifié

A l’en croire, ce commandant de la police sur le terrain qui a donné l’ordre de mâter les journalistes, a été bien identifié. « Et, et force restera à la loi. Ce policier affirme que ce sont les journalistes qui mettent le feu aux poudres ».

« Que l’on sache qu’on n’est plus au moyen âge, encore moins en 1960. On est à l’air du numérique, les images sont là pour le confondre.  Qu’il sache que l’ordre qu’il donnait a été enregistré ».

Des journalistes qui ne font que leur job

« Que l’on sache également que les journalistes font leur travail de la même manière que les policiers. Mieux, ils sont aussi protégés juridiquement autant que les policiers.

Hélas, balance Bamba Kassé, la mort dans l’âme, « il  y a toujours dans un groupe des gens qui pensent qu’ils sont au moyen âge ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.