Lamine Diack : « j’ai un état de santé assez compliqué mais je suis là »

0

L’ancien président de la fédération international d’athlétisme, Lamine Diack, est jugé lundi à Paris pour corruption et blanchiment d’argent dans un scandale de dopage concernant des athlètes russes.

Lamine Diack, 87 ans, est arrivé à 09H30 au tribunal judiciaire de Paris.

Il encourt jusqu’à dix ans de prison pour corruption active et passive, abus de confiance et blanchiment en bande organisée.

Le vieil homme a fait état de sa mauvaise santé à la barre. « J’ai une très mauvaise audition, un état de santé assez compliqué mais je suis là », a-t-il lancé au juge.

M. Diack était devenu le premier dirigeant non-européen de la fédération internationale d’athlétisme (IAAF, 1999-2015).

Pendant deux heures lundi matin, la présidente de la 32e chambre correctionnelle Rose-Marie Hunault, a détaillé le dossier.

Elle a fait un résumé de l’histoire récente de l’antidopage, et la naissance au début des années 2010 du passeport biologique, qui permet de déceler des variations suspectes des paramètres sanguins chez un athlète.

Cet outil avait permis de resserrer l’étau sur la Russie.

En novembre 2011, une liste de 23 athlètes suspects de dopage à l’EPO est établie. Mais au siège de l’IAAF à Monaco, les dossiers disciplinaires vont traîner en longueur, permettant à plusieurs athlètes de participer aux JO de Londres-2012.

Les procureurs soutiennent qu’il a sollicité 3,45 millions d’euros (3,89 millions de dollars) auprès d’athlètes soupçonnés de dopage afin de dissimuler les allégations et leur permettre de continuer à concourir, notamment aux Jeux olympiques de Londres en 2012.

Ses avocats ont déclaré que les accusations sont sans fondement.

M. Diack, originaire du Sénégal, a été l’un des hommes les plus influents de ce sport. Il vit en résidence surveillée à Paris et risque une peine de prison pouvant aller jusqu’à 10 ans s’il est reconnu coupable.

Jugé avec son fils Papa Massata Diack

Le procès devait commencer en janvier mais a été reporté après que de nouveaux documents contenant le témoignage de son fils et de son coaccusé, Papa Massata Diack, ont été soumis au tribunal.

Le Sénégal a refusé d’extrader Papa Massata, qui travaillait comme consultant en marketing pour l’IAAF. Il est également accusé de blanchiment d’argent, de corruption et d’abus de confiance, selon l’acte d’accusation, et sera jugé par contumace.

Les autres accusés sont Habib Cissé, l’ancien avocat de Diack à l’IAAF, Gabriel Dolle, qui a supervisé les tests de dopage à l’IAAF, et les Russes Valentin Balakhnitchev et Alexei Melnikov, qui étaient respectivement chef de la fédération russe d’athlétisme et entraîneur en chef d’athlétisme au moment de la présumée dissimulation.

Avec BBC

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.