Le mouvement DEVOIR D’AGIR: « Notre constitution actuelle comporte toujours des i mprécisions sur les lois constitutionnelles et des vides juridiques »

0
Communiqué du mouvement citoyen « DEVOIR D’AGIR » sur le Référendum, Dans son rôle d’acteur pour la promotion de la gouvernance vertueuse de notre pays, le collectif des
membres du mouvement citoyen DEVOIR D’AGIR, composé de sénégalais vivant à l’intérieur et l’extérieur du pays, adresse à la connaissance du peuple sa position au sujet du débat relatif au projet de révision de la constitution par voie référendaire prévue le Dimanche 20 Mars 2016. Ce communiqué émane d’une analyse factuelle d’un nombre important d’événements qui se sont succédé depuis l’entre-deux tours de l’élection présidentielle de 2012, dont nous ferons l’économie de revenir dessus.
DEVOIR D’AGIR retient aujourd’hui que le président de la République Macky Sall s’est dédit de son engagement de respecter sa parole donnée sur l’application du quinquennat et à réformer sérieusement la constitution du Sénégal. Nous prenons tous les sénégalais à témoin et estimons que le Président disposait de tout le temps nécessaire, depuis 2012, pour mener correctement les réformes attendues par les citoyens sénégalais.
Notre constitution actuelle comporte toujours des imprécisions sur les lois constitutionnelles et des vides juridiques qu’il faut traiter d’urgence. La révision constitutionnelle nécessite un travail sérieux, rigoureux et collectif.
Les membres du mouvement citoyen DEVOIR D’AGIR appellent le Président de la République M. Macky Sall à se remettre à l’évidente volonté populaire :
– d’annuler le référendum qui coûte une fortune aux contribuables sénégalais étant aussi donné que l’urgence financière reste ailleurs,
– de respecter ses engagements, notamment la promesse solennelle d’appliquer le quinquennat au mandat en cours et une réforme sérieuse de la constitution. Nous en prenons la presse nationale et internationale à témoin,
– d’accepter de mener les réformes convenues entre les partis politiques et la société civile auxquelles il avait souscrit, conformément aux conclusions et à la charte des Assises Nationales, qui mettaient l’accent sur l’impérieuse nécessité de se référer à nos valeurs culturelles propres, fondées sur l’éthique et à la bonne gouvernance,
– de se concerter d’avantage avec toutes les forces vives de la nation afin de construire un état de droit,  une unité du peuple et des institutions efficaces dans leur rôle.
L’adoption d’une nouvelle constitution nécessite des consultations tous azimuts, un travail rigoureux et concerté en conformité avec les besoins du moment et les réalités socio-culturelles du Sénégal. Les informations sur la constitution doivent être accessibles à tous. Pour cela, cette constitution dont aspire actuellement le peuple sénégalais doit être limpide, accessible et traduite dans toutes les langues nationales possibles.
Si malgré notre appel, le Président de la République maintient le référendum, nous appelons nos concitoyens à ne pas boycotter cette consultation, à aller voter et faire voter NON !
Dakar, le 24/02/2016
Collectif DEVOIR D’AGIR

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.