Le projet de Macky…détruire l’opposition avant 2024

0

Le président Macky Sall n’est plus en odeur de sainteté avec beaucoup de membres de l’opposition. Ces derniers ne ratent aucune occasion pour lui cogner dessus. Le locataire du palais qui est très mal entouré n’a que ces yeux pour observer et subir les coups bas de ces adversaires. Mais cet ancien élève de Me Abdoulaye Wade n’a pas dit son dernier mot. Il attend la présidentielle de 2024 pour envoyer le coup de grâce aux personnes qui veulent le déboulonner. Et pour y arriver Macky n’aura pas à faire grand effort, tous les pièges sont déjà en place il ne reste plus qu’à exécuter le plan.

La présidentielle de 2024 ne se fera sans Macky Sall. Le troisième mandat n’aura pas lieu si le chef de l’Etat tient à sortir par la grande porte. La Constitution l’a éliminé d’office. « Le Président de la République est élu pour cinq ans au suffrage universel direct. Nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs. » Alors le problème est déjà résolu. Et si Macky Sall venait à s’entêter, il devra faire face au peuple sénégalais. Et ce que les sénégalais n’ont pas permis à Wade, ils ne le permettront jamais à Macky.

Cela Macky Sall en est bien conscient. Mais avec lui tout est calcul et ce silence autour de son troisième mandat sème le doute dans l’esprit de ses adversaires qui se focalisent dessus tournant le dos à l’essentiel. Mais le locataire du Palais ne laissera jamais cette composition de l’opposition aller à la présidentielle de 2024. Alors Macky Sall va diviser l’opposition pour minimiser leur chance. Et surtout isoler Ousmane Sonko qui devient un véritable danger pour le Palais.

Macky Sall a déjà mis la machine en marche. Bougane est le premier a passé sous l’aspirateur. Aux yeux de ses pairs de l’opposition, c’est un traître à la solde du pouvoir. Maintenant il a l’opposition radicale dans son viseur. Séparer Ousmane Sonko, Barthélemy Dias et le monde de jeunes illuminés qui gravitent autour de lui, pourrait donner beaucoup de chance à son dauphin pour 2024.

Depuis que Macky Sall a déclaré, dans un entretien avec Rfi et France 24, qu’il n’excluait pas d’accorder l’amnistie à Khalifa Sall et Karim Wade, la méfiance a commencé à s’installer au sein de la coalition Yewwi Askan Wi. Beaucoup voit même l’ancien maire de Dakar comme le prochain premier ministre de Macky Sall. D’ailleurs lors d’une conférence de presse de YAW, Sonko est même allé jusqu’à railler Khaf sur son « nouveau poste ». « Monsieur le Premier ministre, il ne faut pas m’oublier hein », déclarait le patriote en chef.

Mais la personne la plus importante ne s’est pas exprimé sur cette question, il s’agit de Barthélemy Dias. Le protégé de Khalifa Sall n’est pas trop emballé par cette idée. D’ailleurs, lors de cette petite blague de Sonko, Barth était sous silence. Alors même s’il n’y a pas malaise au sein de Yewwi, la confiance n’y est plus. Et après les locales du 23 janvier 2022, les sénégalais ne seraient pas surpris de voir ces leaders s’entredévorer comme des charognards. Et Macky Sall serait la cause principale de cette fraction de l’opposition.

Macky Sall ne sera pas président en 2024. Mais le chef de l’Etat ne quittera pas le pouvoir sans avoir réglé ses comptes avec tous ces opposants qui lui ont pourri son règne. L’opposition ne résistera pas à la chute du chef de l’Etat. Et les amis d’aujourd’hui deviendront les ennemis de demain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.