Les démissions de la commission ad hoc: de la charrue devant les bœufs (Moustapha Diakhaté)

0
L’opposition en participant à la mise en place et à la ratification de la commission ad hoc, lui confère la l’égalité et la légitimité requises pour entendre le député intéressé par la levée de son immunité parlementaire ou son représentant.
En vertu de l’article 45 du Règlement intérieur, une fois ratifiées « les commissions peuvent discuter quel soit le nombre des commissaires présents, mais la présence de la moitié plus un de leurs membres est nécessaire pour la validité de leur vote.»
Il se trouve que la commission ad hoc ne vote pas. Elle est chargée uniquement d’entendre le député dont l’immunité doit être levée et de consigner sa déclaration dans un rapport destiné à la plénière, seule habilité à décider ou non de la levée.
La démission de trois membres de la commission ad hoc n’aura aucune incidence sur son travail.
En fait, si l’opposition voulait réellement empêcher la levée de l’immunité parlementaire du député Ousmane Sonko, elle devait s’abstenir de contribuer à la constitution de la commission en désignant ses représentants dans la dite structure.
Vive la République !
Vive le Sénégal !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.