L’hôpital Le Dantec « expulse » les hémodialysés

0
227
Les malades souffrant d’insuffisance rénale sont dans l’angoisse suite à la décision des autorités hospitalières de fermer le centre d’hémodialyse jusqu’à nouvel ordre. L’unité de traitement de l’eau ou osmoseur est en panne et en attendant, qu’une solution soit trouvée, les malades seront redéployés vers d’autres centres. Une situation en porte à faux avec la récente déclaration du ministre de la Santé qui soutenait que l’ambition de son département est de travailler à un accès équitable des citoyens à des services de santé de qualité.

Les hémodialysés de l’hôpital Aristide Le Dantec sont dans l’inquiétude et dans l’angoisse. À l’issue de leur réunion tenue hier, autorités hospitalières ont décidé de fermer le centre d’hémodialyse, jusqu’à nouvel ordre suite à la panne de l’osmoseur.

(L’osmoseur permet la production d’eau pure, en la débarrassant de ses impuretés ndlr). Cette défaillance de l’osmoseur est la cause de beaucoup de désagréments explique l’un des malades qui a saisi Tribune. Car, poursuit-il, s’il ne marche pas cela se répercute sur les machines et sur les malades, vu que l’eau n’est pas débarrassée de ses impuretés comme le fer, le calcaire etc.

Dans la même lancée, un autre malade de révéler que «le problème c’est l’osmoseur qui est actuellement en cause, qui n’est pas adapté alors que le centre devrait être doté d’un osmoseur médical qui respecte les normes de la dialyse». Dans le panier des griefs, un autre hémodialysé d’ajouter : «À cause des impuretés les malades développent des pathologies comme la tension, les ennuis cardiaques, des problèmes d’articulation, vomissements.

Bref, il arrive parfois que nous soyons plus malades après les séances de dialyse, alors que nous devrions nous sentir soulagés», se plaint-il. Avant de rembobiner en disant que «ce problème ne date pas d’aujourd’hui et nous avions toujours alerté les autorités pour qu’elles réagissent, mais voyez-vous, elles ont laissé faire jusqu’à ce que la situation empire et que les machines s’arrêtent, car elles ne peuvent pas fonctionner avec l’eau dure».

Dans le registre des complaintes, un autre hémodialysé de souligner : «Ce qui est incompréhensible est le fait que les autorités crient sur tous les toits qu’elles ouvrent des centres d’hémodialyse un peu partout alors que ce centre qui est le principal, laisse à désirer». Maintenant que l’unité de traitement de l’eau est en panne, la seule solution est de nous ventiler dans d’autres structures comme l’annexe qui se trouve ici à Le Dantec ou à l’hôpital militaire de Ouakam».

Seulement, il risque de se poser un problème de place, ajoute notre interlocuteur. Précisant au passage que l’annexe de Le Dantec ne compte que neuf postes pour les séances de dialyse alors qu’ils sont 28 malades qui doivent être traités par jour.

«Comme l’annexe a ses malades qui doivent être dialysés en priorité, cela risque d’être problématique pour nous», souffle t-il. Pourtant, il paraît que l’État injecte beaucoup d’argent pour la dialyse, mais où va tout cet argent ?, se demande t-il…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here