Liga – Zidane affronte son fils

0

Pour la première fois match officiel, deux Zidane vont s’affronter ce samedi après-midi, à l’occasion d’Alavés – Real Madrid. Zinédine, l’entraîneur du Real Madrid, et son fils aîné, Enzo, tout nouveau joueur d’Alavés. «Ça va être un match vraiment spécial, un peu étrange, confiait, jeudi, Enzo.

Surtout parce que je vais jouer contre mon club de coeur, le seul que j’ai connu jusqu’ici. » Le papa, lui, s’efforce d’être détaché et se concentre sur l’aspect professionnel. « Bizarre ? Non. Parce que dans ma tête, je ne pense pas que je vais jouer contre mon fils, assurait-il, vendredi, en conférence de presse. C’est Alavés contre le Real et rien d’autre. C’est un compétiteur, moi aussi et chacun va donner le meilleur».

En privé, Zizou se dit pourtant ravi de voir son fils s’émanciper comme joueur mais surtout en tant qu’homme, en délaissant le foyer familial qu’il n’avait jamais quitté jusqu’alors. A 22 ans, le moment était venu de prendre son envol, pour celui qui vit désormais seul dans un appartement du centre-ville de Vitoria.

Pour ne pas stagner non plus avec la réserve du Real, en 3e division. Et son père ne veut en aucun cas interférer dans la gestion de sa carrière. «Je suis attentif à l’évolution de sa carrière bien sûr, mais quand je parle avec lui, c’est comme un papa, et je veux que notre relation ne soit que ça. Quand j’étais son entraîneur, c’était différent. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas, donc je n’ai pas de conseils à lui donner. Nous avons une relation père-fils».

Des propos confirmés par Sergio Fernandez, le directeur sportif d’Alavés, que Zidane a brièvement rencontré lors d’une visite express à son fils fin août. « lI n’est pas intrusif, ne nous demande pas de rendre des comptes. Il se comporte comme un père lambda et se soucie avant tout du bien-être de son fils».

«Il est humble, très discret»

Pourtant, l’ombre écrasante du génie paternel n’est jamais loin. Quand, face au Barça, Enzo réalise un superbe contrôle, des soupirs d’admiration s’élèvent des tribunes. Chez les supporteurs basques, l’attraction et les espoirs sont immenses autour de celui qui est considéré comme l’un des joueurs les plus techniques de l’effectif. Et les sempiternelles comparaisons ressurgissent. D’autant qu’Enzo porte le n o 21, le même que son père à la Juventus, et que les similitudes de caractère sont frappantes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.