Mairie de Dakar : Les bizarreries du Budget de Khalifa

0

Libération s’est procuré copie du budget 2017 de la mairie de Dakar. Certaines dépenses laissent dubitatif. Comme ces 1,3 milliard de francs CFA destinés, sur papier, aux… fêtes et cérémonies.

«Quand on regarde de près le budget, on se rend compte qu’il manque du sérieux dans certaines rubriques et pourtant le préfet l’a approuvé. C’est comme quand on tentait de nous faire croire que 2 milliards de FCfa ont été payés au groupe Kirène pour l’achat de lait Candia.»

Le commentaire est d’une source proche de la Perception de Dakar qui révèle une bamboula notoire dans la gestion de la ville dont le maire Khalifa Sall et plusieurs de ses collaborateurs ont été écroués pour détournement de deniers publics.

L’exemple le plus illustratif de cette gestion nébuleuse figure dans les «Dépenses, section Fonctionnement» du budget approuvé le 14 février par le préfet de Dakar Serigne Babacar Kane. Sur un total dépense de 66,6 milliards de F CFA, 41,530 milliards ont été affectés aux dépenses de fonctionnement. La rubrique 508 de ces dépenses est consacrée aux fêtes et cérémonies publiques. Et aussi insolite que cela puisse paraître, la somme d’1,308 milliard est prévue à cet effet. Une source : «C’est impossible que plus d’un milliard soit dépensé par an pour des fêtes et cérémonies. C’est irréaliste.»

Dans tous les cas, le montant est énorme. Pendant ce temps, 2 milliards de FCfa ont été affectés au cabinet du maire et 5 milliards aux secrétariats et bureaux. Autre curiosité : 4,5 milliards de FCfa ont été alloués à la rubrique «Éducation- Jeunesse- Culture et Sport» sans plus de précision alors que 1,3 milliard est réservé aux «Dépenses diverses», une autre nébuleuse.

Il y a de cela quelques jours, Liber?ation mettait en cause les relations douteuses entre Khalifa Sall et la famille Farès, qui contrôl?e le groupe Kirèn?e, entre autres. Ces soupçons autour du programme «Lait à l’école» qui lie la mairie de Dakar et la Société Sénégalaise industrielle agro-industrielle (SIAGRO) des Farès sont désormais confirmés. Macky Sall, lui-même, avait fusillé ce deal lors d’une rencontre avec les leaders de Benno.

Au moins deux milliards de FCfa ont été injectés dans cette transaction. En 2011, par exemple, le projet a coûté 1,6 milliard alors qu’il était de 900 millions l’année suivante.

Première bizarrerie : l’appel d’offres «gagné» par le groupe Kirène s’étalait sur un an, mais le marché a fait l’objet de reconduction tacite. Les Farès ont-ils fourni 2 milliards en… lait Candia aux écoles de Dakar ? Des sources autorisées affirment que non et précisent que ce montant empoché sent le scandale.

Qui plus, ce «programme» payé et encaissé a été arrêté quelques mois après? son démarrage. Mieux ou pire, aucun contrôle sérieux n’était exercé sur l’effectivité des livraisons car Kirène livrait directement aux écoles bénéficiaires du projet. Les plus hautes autorités gagneraient a? y voir plus clair sur cette affaire. Les sommes indexées frôlent celles pour lesquelles Khalifa Sall est écroué.

Des sources autorisées appellent à la vigilance et pour cause. Sana, l’épouse de Momo Farès, a manœuvre? ferme pour intégrer la Fondation Servir le Sénégal. En attendant, il faut savoir que la mairie de Dakar avait tenté de donner un cachet de pertinence a? ce «programme» qui aurait contribué encore à l’enrichissement des Farès.

«Ce programme consistera en une distribution de berlingots de lait de 200ml Tetra Classic Aseptic (R) aux élèves des écoles élémentaires de la ville de Dakar 3 fois par semaine et servira aussi de modèle pour le développement d’autres programmes de nutrition en milieu scolaire à Dakar», peut-on lire sur le site de la ville qui ajoutait que son but était d’«améliorer le statut nutritionnel des enfants».

«Après l’augmentation de l’échelle du programme (suite à la phase pilote), l’amélioration du statut nutritionnel des enfants sera indiquée par un pourcentage d’augmentation de leur taille et poids. Ce, entre autres, pour augmenter les inscriptions à l’école, augmenter la présence en classe des enfants, réduire le nombre d’enfants quittant l’école tôt, améliorer les performances académiques des enfants.»

Cheikh Mbacké Guissé – Libération

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.