Mor Ngom (Bby) : « Yewwi Askan Wi est dans une dynamique de violence insurrectionnelle »

0

Face à la presse mardi, le Secrétariat exécutif national (Sen) de l’Alliance pour la République (Apr) a déploré avec la dernière énergie la sortie lundi de certains leaders de la coalition Yewwi Askan appelant les jeunes à la « résistance » à l’occasion de la comparution de Barthélémy Dias, ce mercredi matin, dans le cadre de l’affaire relative au meurtre du jeune Ndiaga Diouf.

« Manifestement, l’opposition radicale organisée dans la coalition Yewwi Askan Wi (Yaw) est dans une dynamique de violence insurrectionnelle qui ne dit pas son nom », a notamment regretté l’ancien ministre Mor Ngom, qui a lu la déclaration liminaire de la coalition présidentielle.

« Il est tout de même curieux que pour une assignation à comparaître en chambre d’Appel pour le 10 novembre 2021 que Barthélémy Dias nous débite encore le coup de la thèse du complot politique, déjà utilisé par Sonko, à propos d’une affaire l’opposant à la famille de Ndiaga Diouf ; affaire pour laquelle, lui-même avait fait appel, suite à sa condamnation en première instance pour 2 ans de prison dont 6 mois ferme et une amende de 25 millions de francs à verser à la famille du défunt », a-t-il souligné.

S’agissant, par ailleurs, des notifications de rejets de certaines listes de candidatures, il affirme que « personne ne peut comprendre que les dirigeants de la coalition de l’opposition extrémiste puissent appeler leurs mandataires à aller envahir les préfectures et sous-préfectures, sans attendre que la saisine des tribunaux sur ces questions n’ait été traitée par ceux-ci ».

En somme, résume Mor Ngom, ces deux prétextes sont avancés pour justifier une telle opération devant l’opinion et mobiliser les jeunes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.