Naufrage en mer : 4 enfants périssent

0
Naufrage en mer : 4 enfants périssent

Au moins quatre enfants, quatre femmes et un homme sont morts en haute mer lors de la traversée de l’Atlantique, selon la presse espagnole. Dans un premier temps, seul le décès d’un enfant de 5 ans avait été rapporté.

Une embarcation qui avait à son bord des migrants originaires d’Afrique subsaharienne a chaviré au large des Iles des Canaries. Au moins quatre enfants, quatre femmes et un homme sont morts lors de la traversée de l’Atlantique. Les autorités canariennes avaient annoncé qu’un enfant d’environ 5 ans était mort lors de la traversée de l’Atlantique.

Il avait été évacué avec quatre autres mineurs un bébé et trois enfants – par hélicoptère, et transporté à l’hôpital Doctor Negrín de Las Palmas. Selon les services d’urgence de l’archipel contactés par Info Migrant, tous ont été hospitalisés car « ils présentaient un état grave de déshydratation ou d’hypothermie ».

La presse espagnole a indiqué mercredi 3 novembre qu’au total au moins quatre enfants de ce même canot ont perdu la vie. Un homme et au moins quatre femmes ont également péri sur la route, selon les témoignages des rescapés. « Le nombre de personnes décédées n’est pas encore très clair. À priori, entre huit et dix exilés sont morts en haute-mer, et un enfant au port », a précisé à InfoMigrants, Txema Santana, chargé des migrations auprès de la Vice-présidence du gouvernement des îles Canaries. « Ils avaient à peine la force de se relever ».

D’après Rewmi, l’embarcation de seulement « sept mètres » avaient quitté Dakhla, au sud du Maroc, avec une cinquantaine de migrants originaires d’Afrique subsaharienne à son bord. Le canot avait été repéré par un hélicoptère des secours maritimes à 200km au sud-ouest de l’île de Grande Canarie, avaient déclaré les garde-côtes espagnols à l’AFP.
Les passagers, sauvés in extremis et ramenés au port d’Arguineguin, ont rapporté qu’ils avaient passé deux semaines en mer. « L’arrivée au port du bateau n’était pas comme d’habitude, raconte le quotidien espagnol El Pais. Pendant quelques minutes, on aurait dit que le navire de sauvetage était vide. [Tous les passagers] étaient couchés, couverts de couvertures rouges et immobiles, ils avaient à peine la force de se relever. Il n’y avait pas de sourires, pas de gestes de célébration. La vingtaine de personnes – parmi les agents, les journalistes, les infirmières et les bénévoles qui se trouvaient sur le quai sont restées silencieuses pendant près d’une heure ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.