Omicron : le variant se propage et les nouveaux cas augmentent en Afrique du Sud

0
Ce qu’on sait des 64 nouveaux cas positifs

Le nouveau variant du coronavirus Omicron est désormais dominant en Afrique du Sud et entraîne une forte augmentation des nouvelles infections, selon les autorités sanitaires.

Quelque 11 500 nouvelles infections à Covid ont été enregistrées dans les derniers chiffres quotidiens.

Il s’agit d’une forte augmentation par rapport aux 8 500 cas confirmés le jour précédent.

En revanche, les infections quotidiennes se situaient en moyenne entre 200 et 300 à la mi-novembre, a déclaré un scientifique sud-africain de haut niveau à la BBC.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Omicron a maintenant été détecté dans au moins 24 pays du monde.

Les personnes qui ont déjà été infectées par d’autres variants du coronavirus ne semblent pas être protégées contre Omicron, mais les vaccins sont toujours censés protéger contre les maladies graves, selon des scientifiques de haut niveau de l’organisation mondiale de la santé et de l’Institut national des maladies transmissibles (NICD) d’Afrique du Sud.

« L’infection précédente protégeait contre Delta, mais maintenant avec Omicron, cela ne semble pas être le cas », a déclaré Anne von Gottberg, microbiologiste au NICD.

La situation en Afrique du Sud ne sera pas claire tant que « les gens ne seront pas tellement malades qu’ils devront aller à l’hôpital », ce qui se produit généralement « trois ou quatre semaines plus tard », a déclaré le professeur Salim Abdool Karim, de l’Africa Task Force for Coronavirus.

« Mais le retour d’information que nous recevons sur le terrain est qu’il n’y a pas vraiment de signaux d’alarme – nous ne voyons rien de dramatiquement différent, ce que nous voyons est ce à quoi nous sommes habitués », a-t-il déclaré au programme Newsday de la BBC.

Pumza Fihlani, de la BBC, dans la plus grande ville d’Afrique du Sud, Johannesburg, indique que les restaurants et les supermarchés restent bondés, à l’approche des fêtes de fin d’année. Les gens parlent du nouveau variant, mais pour l’instant, il n’y a pas de panique et, selon les scientifiques, il ne devrait pas y en avoir.

L’Afrique du Sud a été le premier pays à signaler le nouveau variant hautement muté. Le NICD affirme que plus de 70 % de tous les génomes de virus qu’il a séquencés le mois dernier étaient du nouveau variant.

L’Inde, le Ghana, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis figurent parmi les derniers pays à avoir confirmé leurs premiers cas d’Omicron. D’autres pays comme le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Allemagne ont également vu des personnes infectées par le nouveau variant.

De nombreuses questions concernant Omicron restent sans réponse, notamment le degré de protection offert par les vaccins actuels.

L’OMS l’a classée dans la catégorie des « variants préoccupants » et indique que les premières données suggèrent que le risque de réinfection est plus élevé.

Avec BBC Afrique 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.