Procès en diffamation: Mame Mbaye Niang réclame 10 millions FCfa à Karim Xrum Xax

0
Mame Mbaye Niang

Traîné en justice par le ministre chef de cabinet du Président Macky Sall, Mame Mbaye Niang, l’activiste Karim Guèye dit Karim Xrum Xaax a comparu hier, pour diffamation. En guise de réparation du préjudice, la partie civile a réclamé 10 millions de francs Cfa. Le mis en cause sera édifié sur son sort le 4 novembre prochain.

Karim Guèye alias Karim Xrum Xaax avait déclaré, lors d’une émission télévisée, que Mame Mbaye Niang, ministre chef de cabinet du président de la République, négociait avec le leader de Pastef, Ousmane Sonko, et qu’il était sur le point de quitter l’Apr. Ces propos ont valu à l’activiste, sa comparution hier devant le Tribunal correctionnel de Dakar pour diffamation.

Interpellé par le juge sur cette accusation, Xeum Xaax déclare : «Mame Mbaye Niang avait fait une sortie sur l’affaire Ousmane Sonko-Adji Sarr. Et lors des émeutes du mois de mars, un ami du nom de Alassane Sarr, résidant aux Etats-Unis, m’a confié que Mame Mbaye Niang voulait mon numéro pour que je le mette en rapport avec Ousmane Sonko. Il voulait changer de camp (politique), parce que Antoine Diome et autres sont derrière cette affaire ». Et l’activiste de préciser qu’il n’a jamais eu l’intention de nuire au plaignant et que ses propos sont aussi avérés.

Mais pour l’avocate de la partie civile, son intention *était de faire démettre son client de ses fonctions. «Dans la nuit du 25 au 26 avril 2021, lors d’un plateau de Seneweb Tv, Karim a fait des révélations sur mon client. Il disait que le chef de cabinet du Président voulait faire un compagnonnage avec Ousmane Sonko et qu’il veut quitter l’Apr. Ce qui est archi-faux. Un chef de cabinet doit être ouvert, car il assure le suivi entre le Président et la Société civile, les chefs religieux et l’opposition. C’est un poste basé sur la confiance. Mieux, on ne peut pas dire du mal de bonne foi. Ces propos son mensongers», a martelé la robe noire selon qui, il est temps de réguler les réseaux sociaux.

A l’en croire, «vingt-deux sites ont repris ces propos diffamatoires, sans compter les partages qui ont été faits». En guise de réparation, Me Bâ a réclamé 10 millions de francs Cfa pour son client, en demandant aussi de publier la décision dans les médias les plus lus du pays.

Après le Parquet, qui a requis l’application de la loi, la défense a sollicité la relaxe. De l’avis de Me François Sarr qui a pris le premier la parole, leur client n’a fait que donner son point de vue. «Il n’a jamais eu l’intention de nuire», soutient-il. Son con¬frère, Me Mbaye Sall, pense que leur client ne sera pas en mesure de payer 10 millions au plaignant.

Pour Me Moussa Sarr, la bonne foi est prévue en matière pénale. Quant à Me Khoureyssi Bâ, il se désole du fait que Mame Mbaye Niang traduise en justice leur client pour cette petite affaire. «On ne peut pas saisir le juge pour des choses inutiles. Mon client n’est pas l’auteur principal dans cette affaire mais le complice», a-t-il fait remarquer, en invitant l’activiste à continuer sur cette lancée. Ce dernier sera édifié sur son sort le 4 novembre prochain.

Le Quotidien

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.