Sage-femme agressée : A Sédhiou, les syndicats de la santé décrètent 48 heures de grève

0

A Sédhiou, les 4 centres et 62 postes de santé de la région ont fermé leurs portes aux malades hier mercredi et encore ce jeudi. Soutenu par les membres du Syntras et du Sames, le Sutsas entend ainsi protester contre l’agression physique de leur collègue sage-femme par le Kankourang.

En effet, samedi dernier, alors qu’elle se rendait en réunion à la région médicale, Rokhaya Guèye a été attaquée par le Kankourang à hauteur de la gendarmerie. Selon Brodian Diakhaté, secrétaire général du syndicat unique des travailleurs de la santé et de l’action sociale (Sutas), ce dernier lui a asséné un coup de coupe-coupe à la tête. « Elle souffre présentement d’un traumatisme crânien », a-t-il souligné.

En point de presse, les syndicalistes comptent maintenir la lutte jusqu’à ce que justice soit faite. D’ailleurs le mercredi 2 octobre, les trois syndicats envisagent d’organiser une marche contre ce qu’ils appellent « la violence gratuite sur leurs agents ».

Informé de la situation quelque peu tendue, le président du festival du Kankourang et du Diambadong (Feskandia)), Serigne Pathé Kébé a condamné l’agression physique de la sage-femme. « Je ne suis pas d’accord que le Kanourang exerce une quelconque violence ou terreur sur les citoyens. Sa sortie doit être organisée », a-t-il conseillé.

Toutefois, le président du Feskandia demande à ceux qui viennent d’ailleurs dans le cadre du service public, de respecter la culture de la localité. « Le Kanaourang fait notre fierté, cela doit être clair aux yeux de tous mais ceux qui l’organisent doivent être aussi des gens paisibles », a-t-il conseillé de nouveau.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.