Scènes de chaos en Haïti avec l’intensification de la révolte contre le président

0
People loot an electronics store during anti-government protests in Port-au-Prince, Haiti, February 12, 2019. REUTERS/Jeanty Junior Augustin

Depuis jeudi, des milliers de personnes manifestent contre la vie chère et la corruption à travers le pays, réclamant la démission de Jovenel Moïse.

Des scènes de chaos. Haïti a connu mardi 12 février une nouvelle journée de tensions. Au moins six personnes ont trouvé la mort depuis le début de la contestation jeudi, contre le président, dont les manifestants demandent la démission. Celui-ci est resté muet.

Les 78 détenus de la prison d’Aquin, une petite ville sur la côte sud, se sont évadés à la mi-journée, a confirmé le porte-parole de la police nationale d’Haïti. Les circonstances exactes de l’évasion ne sont pas encore déterminées. Selon les témoins, un rassemblement contre l’exécutif avait lieu devant le commissariat jouxtant l’établissement pénitentiaire.

A 200 km au nord, le centre-ville de la capitale, Port-au-Prince, a été le théâtre d’affrontements entre la police et des centaines de manifestants des quartiers populaires. Un jeune homme a été tué par balle à un carrefour proche du palais présidentiel.

La police n’a fourni un bilan des pertes en vies humaines qu’après la première journée de mobilisation nationale de l’opposition, le 7 février : deux personnes avaient alors trouvé la mort. Depuis, quatre autres morts par balle ont été recensés par les journalistes de l’Agence France-Presse (AFP).

« Une colère populaire légitime »

Voitures incendiées, quelques magasins pillés : après la dispersion du cortège qui a rassemblé plusieurs milliers de personnes dans la capitale, mardi, les opposants les plus déterminés ont exprimé avec rage leur frustration contre les inégalités sociales grandissantes, aggravées par la corruption systémique. La frustration populaire a été exacerbée par la publication, fin janvier, d’un rapport de la Cour supérieure des comptes sur la gestion calamiteuse et les possibles détournements des fonds prêtés depuis 2008 par le Venezuela à Haïti pour financer son développement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.