Sédhiou : Ce que les tradipraticiens attendent des candidats à la présidentielle

0

À l’instar des pêcheurs, des artisans, des enseignants ou des entrepreneurs, les tradipraticiens espèrent que le futur président de la République répondra à leurs attentes. La principale : « c’est la reconnaissance officielle par l’Assemblée nationale de l’association des praticiens de la médecine traditionnelle », indique Mamadou Traoré, le président des tradipraticiens de Sédhiou et vice-président de l’association nationale.

« En tant que (praticiens de la) médecine mère, nous méritons notre place dans le secteur de la santé, revendique Traoré. Nous soignons, et cela l’Organisation mondiale de la santé (Oms) le reconnait, le paludisme, la tuberculose, le sida, etc. Mais faudrait-il que nous disposions de textes légaux pour exercer le métier qui, comme tout autre métier, a ses risques. »

Mamadou Traoré informe que le dossier pour la reconnaissance de la médecine traditionnelle, dort depuis longtemps dans les tiroirs du législateur sénégalais. Un statu quo qui les expose à des poursuites judiciaires en cas d’intervention ratée, notamment.

« On opère des gens (dans la médecine moderne, ils meurent ; on donne des médicaments, ils meurent. Ces gens-là sont protégés, contrairement à nous », regrette le président des tradipraticiens de Sédhiou, qui demande aux autorités d’adopter un loi qui les habilite à pratiquer leur science, donc qui les protège.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.