Un cadre de la République des valeurs répond à Pape Malick Ndour

0

Le Sénégal au fond du gouffre économique : de quelle relance parlez-vous monsieur Ndour ?

Tout d’abord, il faut se réjouir qu’un responsable en vue du régime, économiste de surcroît, ait pris l’initiative de relever le défi d’un débat contradictoire sur une question aussi essentielle que l’économie. Surtout lorsqu’il le fait dans des termes civilisés et dans les limites de la courtoisie.
La tentative de réponse de monsieur Pape Malick Ndour, Coordonnateur National du PRODAC, revêt beaucoup d’approximations, d’extrapolations, mais surtout d’affirmations péremptoires qui ne cadrent pas avec les réalités, difficiles, que vivent les Sénégalais. Ses réponses prouvent, à suffisance, que lui et les autres responsables du régime ne vivent pas les conditions difficiles, voire les souffrances du peuple. Cela est compréhensible, car tout le fardeau des politiques publiques repose sur les masses populaires au profit de l’élite politico-administrative.
Il convient de replacer les choses dans leur contexte. Notre camarade, et tête de liste nationale de la coalition AAR Sénégal, Thierno Alassane Sall, a voulu décrire la situation grave dans laquelle vit l’économie sénégalaise pour attirer l’attention. Quoi de plus juste que de se baser sur une note conjoncturelle dont le propre est de donner une photographie du moment ? En plus des variations trimestrielles, la DPEE donne un aperçu sur les glissements annuels enregistrés, ce qui offre la possibilité de jeter un regard sur quatre (4) trimestres successifs, soit sur la période d’une année.
Monsieur Ndour reconnaît que le « Sénégal a enregistré une réduction de 7,1 % de son activité économique hors agriculture et sylviculture, en variation trimestrielle » et récuse toute « contre-performance globale de ce secteur stratégique de notre économie », comme l’a écrit le camarade Thierno Alassane Sall. Il nous parle de progression « de l’état de l’économie comparé à la même période de 2021 ». Il appuie son argumentaire sur des chiffres positifs en omettant de préciser qu’il les a puisés dans les mêmes tableaux que ceux sur lesquels Thierno Alassane Sall s’est basé pour tirer sur la sonnette d’alarme. Pourtant, il écrit, plus loin, sur la question de l’emploi, qu’il ne fera « pas de commentaire sur son analyse puisque ces affirmations ne s’éloignent pas trop de la réalité ». Une belle confirmation de ce que Thierno Alassane Sall a écrit si l’on tient compte des relations de causes – effets prouvées entre niveau d’activité économique et niveau d’emploi.
Tout en reconnaissant la véracité « d’une diminution substantielle des financements retenus pour les acteurs du secteur (-13,7 %) », monsieur Ndour appelle Thierno Alassane Sall à élargir son « champ d’analyse à tout le secteur financier bénéficiant de conventions avec l’État ». Ce dernier n’a pris que l’exemple de vallée du fleuve Sénégal pour illustrer « l’engagement factice de l’État » auprès des organisations des producteurs. Cet exemple repose sur des statistiques officielles et elles sont représentatives de la situation qui prévaut dans tout le pays ! Les appels de détresse des organisations de producteurs, relayés massivement, et régulièrement, par les différents intervenants du monde rural sont entendus de toutes parts, sauf de celle du gouvernement ! Si monsieur Ndour croit que la situation qui prévaut sur la vallée du fleuve Sénégal est différente du reste du Sénégal, qu’il nous fournisse les statistiques fiables qui la démontrent hors de tout doute !
Les chiffres positifs, voire favorables au régime, triés sur le volet, ne sauraient cacher les réalités du malaise profond que vivent le Sénégal et les Sénégalais. Les présenter sans donner un portrait global et exhaustif, en taisant volontairement les points négatifs, relève d’une stratégie de communication politique tout simplement. Mais nos compatriotes ne sont pas dupes ! Ils savent, mieux que quiconque, les souffrances qu’ils endurent et l’avenir peu prometteur qui se dessine à leur horizon.
Je ne saurais terminer sans souligner et saluer le ton du débat adopté par monsieur Pape Malick Ndour à la suite de celui du camarade Thierno Alassane Sall. Nous pouvons nous opposer tout en restant respectueux l’un à l’égard de l’autre. C’est cela la démocratie d’idées que nous ne cessons d’appeler de nos vœux.

Cheikh Faye, Ph.D
Professeur agrégé UQAC – Canada
Membre du Cercle des cadres de la République des Valeurs/Réewum Ngor

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.