Un large front du refus en gestation contre le référendum: Opposition et société civile, main dans la main

0

Le chef de l’Etat, Macky Sall, a eu le mérite, après avoir décidé de suivre l’avis du Conseil constitutionnel pour ne pas s’appliquer le quinquennat, d’occasionner la création d’un large front contre le référendum du 20 mars prochain. En effet, le Parti démocratique sénégalais (Pds) et ses alliés de l’opposition, tout comme certains mouvements et organisations de la société civile, se sont donné hier, lundi 22 février, après concertation, rendez-vous pour jeudi prochain, afin de mettre sur pied une stratégie pour faire face au projet de réforme du président de la République.

C’était la mobilisation des grands jours cet après-midi pour l’opposition. La réunion des partis de l’opposition et des mouvements sur le référendum du 20 Mars avait des allures de meeting politique tellement les responsables ont répondu présent à l’appel.

Cheikh Bamba Dièye du FSDBJ, Déthié Fall et Thierno Bocoum de Rewmi, Mamadou Diop Decroix, Oumar Sarr, Me Amadou Sall du FPDR, Aboubacry Mbodj de la Raddho, Boubacar Ba du Forum justiciable pour la société civile, Oumar Faye de Leral askanwi, Ahmet Khalifa Niasse, Habib Sy, Souleymane Ndéné Ndiaye du PDS ,Nicole Gackou de l’Ucs, le Professeur Malick Ndiaye, Serigne Assane Mbacké, Malick Noël Seck, ou encore Farba Senghor avaient tous fait le déplacement.

Après plus de trois heures de réunion ou plus de 43 orateurs ont pris la parole, il a été convenu entre les leaders une autre réunion à tenir Jeudi prochain après que les bases aient été informées des mesures à tenir.
« Nous nous sommes entendus pour que chacun retourne  à sa base pour partager les différents éléments que nous avons dit ici et se rencontrer Jeudi pour voir les modalités des tactiques et des stratégies », dira le Professeur Malick Ndiaye qui faisait office de rapporteur de la réunion.

« Après avoir fait le tour de toutes les questions, notamment sur la qualification de ce qui nous réunit, nous sommes convenus dans la diversité de nos origines, et de nos itinéraires et de nos parcours premièrement qu’il y aura un avant et après débat sur le référendum… »

Des gens, ajoutera t-il, « disent il faut boycotter, d’autres autre chose, mais le combat aujourd’hui c’est la mobilisation du peuple afin que nul n’ignore. Le peuple et ses élites sont debout et nous irons sur le terrain pour porter l’estocade à un régime qui est aux abois.
Un régime aux abois, expliquera t-il, « c’est quand un régime n’arrive plus à s’adresser sur la base de la morale à son peuple et commence à louvoyer et à sortir de l’argent pour aller prétendument corrompre ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.