Venezuela : la France, l’Allemagne et l’Espagne reconnaissent Juan Guaido comme président par intérim

0
Venezuelan opposition leader and self-proclaimed interim president Juan Guaido gestures during a rally against Venezuelan President Nicolas Maduro's government in Caracas, Venezuela February 2, 2019. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

Cinq pays européens ont reconnu, lundi, l’opposant comme légitime à organiser une élection. La Russie dénonce une « ingérence directe ».

L’ultimatum de huit jours lancé par sept capitales européennes – Paris, Madrid, Berlin, Londres, Amsterdam et Lisbonne, rejointes au dernier moment par Vienne – a, sans surprise, été rejeté par le président vénézuélien en titre, Nicolas Maduro. Dans un entretien avec la chaîne de télévision espagnole La Sexta dans la soirée du dimanche 3 février, il a clamé qu’il ne ferait « pas preuve de lâcheté face aux pressions » exercées pour l’organisation d’un nouveau scrutin présidentiel.

Paris considère désormais, selon les propos du ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, lundi matin sur France Inter, que « le président de l’Assemblée nationale, Juan Guaido, est, en tant que chef de l’Etat par intérim, habilité à organiser des élections présidentielles ». Le président de la République, Emmanuel Macron, a peu après confirmé sur Twitter la position de la France, en déclarant reconnaître Juan Guaido « comme président en charge pour mettre en œuvre un processus électoral ».

Presque simultanément, l’Espagne, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la Suède ont reconnu l’habilitation du président de l’Assemblée nationale, lundi en milieu de matinée. Le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a déclaré lors d’une allocution télévisée :

« Le gouvernement espagnol annonce reconnaître officiellement le président de l’Assemblée du Venezuela, M. Guaido, comme président en charge du Venezuela […]. La légitimité démocratique de Juan Guaido provient de sa condition de président de l’Assemblée nationale depuis les dernières élections libres et démocratiques reconnues par l’ensemble de la communauté internationale. »

La Russie s’est aussitôt insurgée lundi contre une « ingérence » des Européens : « Nous percevons les tentatives de légitimer l’usurpation du pouvoir comme une ingérence directe et indirecte dans les affaires internes du Venezuela », a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

La veille, Nathalie Loiseau, secrétaire d’Etat aux affaires européennes, avait qualifié de « farce tragique » la proposition de Nicolas Maduro d’élections législatives anticipées. Le Parlement, qui a proclamé Juan Guaido chef de l’Etat par intérim, a été élu en 2015 dans un scrutin régulier, alors que l’élection présidentielle de mai 2018 a été marquée par de nombreuses fraudes, dénoncées par les observateurs internationaux. Les Européens, comme les Etats-Unis et la plupart des pays démocratiques, se sont refusés à reconnaître comme légitime le second mandat de Nicolas Maduro.

La reconnaissance de Juan Guaido par ces sept capitales est un fait acquis. Elles suivraient ainsi les Etats-Unis, le Canada et de nombreux pays d’Amérique latine, dont la Colombie et le Brésil, qui avaient lancé le mouvement le 23 janvier. Le Parlement européen a franchi le pas le 31 janvier, appelant l’ensemble des pays de l’UE à faire de même. Mais il est encore difficile pour les Vingt-Huit de se mettre d’accord sur une position commune forte.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.