Violences faites aux femmes et aux adolescentes: La Boutique de Droit au chevet des dames vulnérables de la Casamance

0
Violences faites aux femmes et aux adolescentes: La Boutique de Droit au chevet des dames vulnérables de la Casamance

Les femmes et adolescentes dans le Sud du pays, victimes de violences, ne sont plus laissées à elles-mêmes. L’association Boutique de Droit se dresse en bouclier, pour leur apporter soutien. Samedi dernier, à Diattacounda (Goudomp), l’association a organisé une journée de consultations juridiques gratuites.

La violence faite aux femmes est aujourd’hui un combat qui a été pris à bras-le-corps par toutes les associations et autres structures qui luttent contre ce phénomène. En Casamance où la femme est beaucoup plus connue pour sa bravoure au sein de leur foyer, détenant même l’économie de la zone, celle-ci subit pleinement cette violence.

D’après « Le Soleil », dans le Sud du pays, les femmes souffrent énormément des violences comme les mariages et grossesses précoces et autres. Les adolescentes sont exposées à une société qui leur impose son diktat. Elles n’ont pas droit à la parole lorsque leurs parents leur choisissent leurs époux. Face à ces multiples violences dont elles sont victimes, les structures qui défendent leurs droits, font aujourd’hui une forte sensibilisation pour leur venir en aide.

L’association Boutique de Droit, qui offre son service d’accompagnement juridique et judiciaire à ces dames et adolescentes victimes de violence, a été ce samedi à Goudomp, afin de sensibiliser les populations. Elle a organisé une journée de consultations juridiques gratuites pour mettre le droit à la portée de ces dernières.

La représentante de l’association, Joséphine Ndao, estime que leur but est d’arriver à sauver ces femmes et adolescentes dans la zone Sud du pays face à ces violences. Présent lors de la cérémonie à Diattacounda, le sous-préfet de Djibanar, Alioune Diouf, soutient que le développement de ces localités ne se fera pas sans ces femmes.

« Nous savons que la violence faite aux femmes est très fréquente dans la zone. Il y a beaucoup de mariages précoces et autres. Il faut déconstruire à tout prix cela en Casamance. Il est important de faire cesser toutes ces pratiques qui freinent l’émergence des femmes », dit M. Diouf. Selon qui, un terroir ne peut se développer sans les femmes qui jouent un rôle déterminant. « Tant qu’on assistera aux violences faites aux femmes, on aura toujours ces inégalités sociales », a-t-il conclu.

Le représentant de Para juriste dans la zone de Goudomp, Mamadou Lamine Corréa, estime que la Boutique de Droit, présente depuis trois ans dans la zone, assiste fortement les femmes et adolescentes vulnérables. Elle a aussi pleinement contribué à la formation des jeunes. « Il y a une femme à Goudomp qui a été rétablie dans ses droits sur un litige foncier. Aujourd’hui, cette dame a pu reprendre son terrain et y a construit son habitat. Cela, grâce à la Boutique de Droit », a-t-il témoigné.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.