COVID-19 : Le Sénégal a jeté 2000 doses…

0

A cause de la réticence des populations, le Sénégal a perdu, en fin octobre, quelque 200 mille doses de vaccin contre le Covid-19. C’est une situation embarrassante pour les autorités qui ont dû jongler pour en avoir en quantité.

C’est une révélation qui fait froid dans le dos. Le Sénégal a jeté à la poubelle, en fin octobre, quelque 200 mille doses de vaccin contre le Covid-19. «En fin octobre, nous avions perdu 200 mille doses de vaccin contre le Covid-19, contre 5 mille doses perdues en septembre. C’est sûr que, d’ici décembre, nous allons encore en perdre», regrette le coordonnateur du Programme élargi de vaccination, Dr Ousseynou Badiane. Evidemment, le reflux de la pandémie est réel avec seulement 6 cas encore sous traitement. Pourtant, le Sénégal est loin d’avoir immunisé sa population, car, à la date d’hier, 1 million 311 mille 473 personnes ont été vaccinées depuis le début de la campagne vaccinale.

Analysant le taux de vaccination, Dr Badiane révèle que le Sénégal a reçu 3 millions 918 mille 868 doses de vaccin. Or jusqu’ici, «seuls 50 % des doses ont été utilisés» à la date du 15 novembre dernier. «Quelque 1 308 266 personnes ont au moins reçu une dose et 908 961 personnes sont complétement vaccinées. Actuellement, le défi reste l’adhésion des populations à la vaccination et la gestion des vaccins», insiste Dr Badiane, qui a partagé ces statistiques lors d’un atelier d’échanges entre l’Association des journalistes en santé, population et développement (Ajspd) portant sur : «Vaccins anti Covid-19 au Sénégal : bilan et perspectives.»

Il faut noter qu’il y a une réelle disparité entre la capitale et les autres régions. «La courbe de la vaccination varie entre les régions. Dakar représente 21 % des personnes complétement vaccinées, Diourbel 4%, Tambacounda 5 %, Sédhiou 4 %. Pour améliorer le taux de vaccination au Sénégal, les districts sanitaires ont reçu des instructions pour élaborer des plans de relance, en vue de faire bouger les choses. Le rythme de la vaccination est lié au nombre de cas de Covid-19. Actuellement ce qui peut faire évoluer la vaccination, c’est la contrainte ou une 4ème vague», enchaîne le coordonnateur national du Pev, qui rappelle qu’il existe, dans le pays, quatre vaccins : Astrazeneca, Sinopharm, Johnson and Johnson et Pfizer.

Il faut savoir que le Sénégal vise, d’ici à la fin du 1er semestre 2022, à vacciner au moins 55 % de la population totale (cible 18 ans et plus). A cause des réticences, les autorités sanitaires ont dû corriger leur stratégie vaccinale qui visait, dans une première étape, à assurer la vaccination d’au moins 90% des cibles prioritaires, constituées du personnel de santé, des sujets âgés d’au moins 60 ans, des sujets présentant des comorbidités, mais aussi des personnes qui, de par leur fonction ou mode de vie, sont plus exposées que le reste de la population générale. Face au manque d’empressement de ces cibles et la montée de l’opinion des «anti-vax», la vaccination a été ouverte à tout le monde.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.