L’euro limite ses pertes face au dollar après le référendum italien

0

L’euro baissait face au dollar lundi, tombant même brièvement à un plus bas depuis mars 2015, après la victoire du non au référendum constitutionnel italien, un camouflet pour le chef du gouvernement Matteo Renzi qui a annoncé dans la foulée sa démission.

Vers 10H30 GMT (11H30 à Paris), l’euro valait 1,0636 dollar contre 1,0669 dollar vendredi vers 21H00 GMT. L’euro est tombé en début d’échanges asiatiques à 1,0506 dollar, son niveau le plus faible depuis mi-mars 2015 quand il avait atteint un plus bas en 12 ans à 1,0458 dollar.

La monnaie unique européenne montait face à la monnaie nippone, à 121,52 yens contre 121,13 yens vendredi soir.

Le dollar aussi gagnait du terrain face à la devise japonaise, à 114,24 yens contre 113,53 yens vendredi soir.

Les Italiens ont massivement rejeté dimanche la réforme constitutionnelle qui prévoyait essentiellement de réduire les pouvoirs du Sénat, doté actuellement des mêmes pouvoirs que la Chambre des députés, ainsi que de limiter les attributions des régions et de supprimer les 110 provinces.

« Si le résultat était attendu, l’étendue de la défaite (du oui et du Premier ministre Matteo Renzi, NDLR) ne l’était pas, ce qui a fait plonger l’euro à un nouveau plus bas de l’année avant de se reprendre rapidement », observait Simon Smith, analyste chez FxPro.

Matteo Renzi, 41 ans, arrivé au pouvoir en février 2014 sur un programme de réformes, a aussitôt pris la parole et annoncé sa démission, tirant les conséquences d’un référendum sur lequel il s’est totalement engagé.

Le mouvement Cinq Etoiles (M5S), populiste et anti-système, ambitionne désormais ouvertement de prendre le pouvoir.

Cette décision ouvre une période d’incertitudes pour l’économie italienne qui reste à la traîne en Europe, avec un secteur bancaire éreinté par la crise financière et criblé de créances douteuses. Des craintes de faillite ressurgissent régulièrement.

Mais « les dégâts sur l’euro ont été relativement bien contenus surtout quand on pense à ce que ce vote pourrait impliquer pour la zone euro », observait Craig Erlam, analyste chez Oanda.

Pour lui, la résilience de l’euro pourrait « être le reflet du fait que la défaite de M. Renzi était largement intégrée aux cours mais également du fait que les prochaines étapes sont loin d’être claires pour l’Italie et que les courtiers ne paniquent pas encore ».

Dans ce contexte, les observateurs s’attendent à ce que la Banque centrale européenne (BCE) oeuvre sur les marchés pour éviter que les rendements obligataires grimpent de façon incontrôlable.

Ils guetteront ainsi avec encore plus d’attention la réunion de politique monétaire de l’institution jeudi, et surtout la conférence de presse de son président Mario Draghi.

La BCE pourrait accélérer ses achats d’actifs en cas de besoin pour calmer les marchés, ce qui aurait pour effet collatéral de peser sur l’euro.

Vers 10H30 GMT, la livre britannique montait face à la monnaie européenne, à 83,59 pence pour un euro, après avoir atteint vers 04H20 GMT 83,04 pence, son niveau le plus fort depuis fin juillet. La livre se stabilisait face au dollar, à 1,2720 dollar pour une livre, après avoir grimpé vers 08H35 GMT à 1,2744 dollar, son niveau le plus fort en deux mois.

La devise suisse baissait face à l’euro, à 1,0793 franc pour un euro, comme face au billet vert, à 1,0147 franc pour un dollar.

La devise chinoise gagnait un peu de terrain face au dollar, à 6,8867 yuans pour un dollar contre 6,8800 yuans vendredi à 15H30 GMT.

L’once d’or valait 1.165,01 dollars, contre 1.173,50 dollars vendredi soir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.