Pay-Per-View dans la lutte : Comment les promoteurs dribblent l’Etat sur les taxes

0

Le Pay-Per-View (qui signifie littéralement payer par vue) est une technologie permettant, via une plateforme de faire payer pour voir un contenu diffusé via ce même plateforme. Déjà utilisée aux États Unis (principalement dans le sport de haut niveau) mais n’avait jamais encore été essayée au Sénégal. Une innovation majeure dans le sport au Sénégal, notamment dans la lutte Sénégalaise. 

Depuis deux ans ce dispositif est utilisé et commence à gagner du terrain avec notre sport nationale qu’est la lutte qui génère des cachets en millions de Fcfa et qui était jusque-là était assujetti aux lois des sponsors et des chaines de Télévision pour la diffusion. Avec le Pay Per View le promoteur gagne plus sans les sponsors qui parfois dictent leurs lois. Ce qui n’étaient pas évident sans ce dispositif qui est en train en tout cas de se faire une place dans ce sport qui réuni des milliers de gens et qui est bien de chez nous.

Pay Per View, un moyen pour dribbler l’Etat

Le Pay Per View permet d’obtenir les images en direct avec une connexion internet. Donc il est évident que cette pratique affecte la billetterie par où l’Etat passe pour recevoir des taxes. Mais avec le Pay Per View  c’est des vues qui sont vendus sans payer de taxes à l’Etat du Sénégal puisque ces plateformes souvent utilisées sont en France ou aux Etats Unis.

Le Pay Per View fait fuir les sponsors

 Depuis que ces plateformes sont utilisées dans la lutte, les sponsors prennent de plus en plus de distance. Ce qui est tout à fait normale. Les sponsors mettaient leur argent pour une visibilité de leurs produits et ils sont conscients que la télévision est plus influente que le Pay Per View. Pas de publicités et dans ce cas c’est l’Etat encore qui perd. Parce qu’avec la pub, il y a un certain nombre de taxes payés à l’Etat du Sénégal.

Ce n’est pas seulement l’Etat qui est le grand perdant dans l’utilisation du Pay Per View dans la lutte au Sénégal. Mais le Sénégalais lambda est privé de son droit, puisque étant dans un pays où les gens qui sont accès à internet tournent autour de 20%. Sans oublier la qualité de la connexion qui fait défaut. Lors du Combat Balla Gaye- Gris Bordeaux beaucoup d’amateur et de supporters ont acheté leur code sans pouvoir entrer dans la plateforme faute de mauvaise connexion. Comment l’Etat peut laisser aller une telle chose en sans prendre des mesures au préalable ? En tout cas s’il y a quelques uns qui gagnent avec le Pay Per View, c’est bien le promoteur et le prioritaire de la plateforme.

Sunugal24

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.