Ramadan : ce qui va changer pour les musulmans à cause du coronavirus

0

Cette année, le Ramadan sera différent et particulier avec la pandémie du coronavirus qui a occasionné la fermeture des mosquées à travers le monde.

Même la mosquée du Prophète Mohamed à Médine est fermée ainsi que celle de la Mecque où il y a la Kaaba.

Les musulmans vont donc observer le jeûne différemment.

Qu’est-ce que le ramadan et pourquoi ce sera différent cette année?

Mois saint de l’islam, le ramadan est pour les musulmans une période de dévotion, de ferveur, de charité et de solidarité.

C’est au cours de ce mois que le prophète Mohammed a reçu la première des révélations qui composent le Coran

Durant cette période, le musulman pratiquant ne mange pas et ne boit pas de l’aube au crépuscule, du lever au coucher du soleil.

La fin de la journée de jeûne est marquée par l’Iftar ou rupture du jeune, un repas copieux qui varie selon les cultures et les habitudes culinaires.

Dans beaucoup de pays à majorité musulmane, la pandémie du coronavirus a poussé les autorités administratives et religieuses à inviter les fidèles à prier chez eux.

Certains fidèles ont recours à Internet pour communier avec leurs condisciples depuis le début des interdictions de rassemblements.

Les prières surérogatoires qui se faisaient d’habitude en groupe dans les mosquées ne seront pas possibles cette année.

Les musulmans seront obligés de prier chez eux.

Au Sénégal et dans beaucoup de pays d’Afrique de l’Ouest, la pandémie occasionne un grand changement dans la manière de vivre le ramadan.

Les prières en groupe qui réunissaient d’habitude des centaines ou des milliers de fidèles, selon les mosquées et les zones, après la rupture du jeûne, ne sont plus autorisées car les lieux de cultes sont fermées dans le pays depuis le 19 mars.

L’Iftar (Ndogou au Sénégal) était aussi un grand moment de partage avec les plus démunis.

Plusieurs associations organisent en période de ramadan des distributions de kits de nourriture à l’heure de l’Iftar.

Les mesures de restriction comme le couvre-feu, l’état d’urgence et le confinement vont empêcher de perpétuer cette tradition de partage cette année.

Au Sénégal, des voix s’élèvent pour exiger la réouverture des mosquées durant la période du ramadan malgré la propagation inquiétante du coronavirus.

Mais les autorités semblent sourdes à ces appels prévoyant même d’alourdir les mesures de restrictions pour combattre la pandémie qui ne cesse de gagner du terrain.

Selon le ministère de la santé, le pays compte à ce jour 545 cas confirmés de coronavirus dont 262 guéris, six décédés, un évacué et 276 sous traitement.

Avec BBC

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.