Rapports ARMP : L’atelier « fictif » à 10 millions des collaborateurs de Mansour Faye !

0
Audition à la brigade de recherches : C’est Mansour Faye qui a porté plainte contre Oumar Faye
Dans le rapport 2018-2019 de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics du Sénégal (ARMP), rendu public hier, les auditeurs ont mentionné que le ministère de l’Eau et de l’Assainissement n’a pas pu donner les preuves de la tenue d’un atelier organisé par ses services en 2018. Pourtant, les documents qu’ils ont reçus renseignent que la rencontre a coûté 10 millions.
Les auditeurs envoyés au ministère de l’Eau et de l’Assainissent pour vérifier les marchés attribués par ce département ministériel en 2018 ont terminé leur mission en restant sur leur faim. Pour cause, ils ont remué ciel et terre pour trouver la preuve de la tenue d’un atelier sur l’« élaboration d’un guide en rédaction administration» dont le coût est estimé à 10 000 000 FCFA, sans succès.
«L’atelier s’est tenu le 11 avril 2018 (date feuilles de présence) alors que le contrat est daté du 16/08/2018 avec un délai d’exécution de 30 jours ouvrables pour un marché attribué le 02/05/2018.Un devis daté du 22/10/2018 fait office de facture définitive. Nous n’avons pas eu un compte rendu de cet atelier pour apprécier l’effectivité de sa tenue», révèlent-ils.
Ces derniers, dans le rapport 2018-2019 de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics du Sénégal (ARMP) rendu public hier, mentionnent : « les offres mises à notre disposition sont constituées de factures proforma qui ne sont pas datées. Nous n’avons ainsi aucun moyen d’apprécier le respect du délai de dépôt des offres. Aussi ces offres concernent les mêmes fournisseurs consultés lors de l’organisation d’un autre atelier au courant de l’année.
Pour l’un des fournisseurs consultés (PYRAMIDSUARL), la même offre déposée lors de cet atelier a été mise à notre disposition. Une offre différente a été inscrite dans le rapport d’évaluation». «Les termes de l’offre ont été modifiés dans la facture définitive en l’absence d’avenant. En effet, l’offre faisait état d’une participation de 48 personnes à l’atelier alors que 24 personnes ont émargé sur la feuille de présence. D’autres éléments ont été rajoutés à l’offre facturée et payée et le nombre de participants ramené à 30 personnes. Cela constitue une faute passible de sanctions pénales et disciplinaires comme indiquée dans les articles 146 et 147 du CMP», ajoutent-ils.
e

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.