Un nul acceptable (Par Abdoulaye Thiam)

0

Le derby ouest-africain entre le Sénégal et la Guinée qui a eu lieu hier, vendredi 14 janvier, au stade Omnisports de Kouekong de Bafoussam, a accouché d’une petite souris. Il s’est soldé par un match triste, nul et vierge. Ni le Syli, encore moins les Lions, n’ont été capables de scorer pendant plus 90 minutes de jeu. Pourtant, chaque équipe a eu son temps fort et ses moments faibles. Paradoxalement, vers la fin du match, ce sont plutôt les poulains de Kaba Diawara qui étaient plus pressés à signer le partage de points en multipliant les temps morts. Le gardien Aly Keïta finira même pas écoper d’un carton jaune pour «refus de jeu».

D’un autre côté, Aliou Cissé peut nourrir des regrets parce que ses joueurs ont eu une kyrielle d’opportunités pour réaliser un hold-up face à une sélection guinéenne dont un seul joueur, un remplaçant, a été touché par la covid19. Or, c’est tout le contraire chez les Lions qui ont été touchés de plein fouet par le virus. Aliou Cissé a dû faire une gymnastique pour composer un onze de départ encore inédit à l’instar du premier match face au Zimbabwe. Cette fois-ci encore, 7 joueurs sur 11 sont des remplaçants. Il s’agissait d’un Sénégal sans toujours son roc, Kalidou Koulibaly, encore moins le stabilisateur du milieu de terrain, Idrissa Gana Guèye, sans parler du buteur-maison Famara Diédhiou. Les buts étaient encore confiés au 3ème gardien, Seyni Dieng.

Pire, certains n’ont rejoint la tanière qu’avant-hier, jeudi 13 janvier en provenance du Dakar où ils étaient confinés, après avoir été testés positifs. C’est le cas de Saliou Ciss nonobstant son match correct. A ce cas de force majeur, il faut ajouter ce qu’il conviendra d’appeler désormais «l’affaire Pape Guèye». Alors que Cissé espérait pouvoir compter sur le Marseillais pour stabiliser son milieu de terrain en l’absence du maestro Idrissa Gana Guèye, il sera contraint de l’extirper de la liste des onze de départ. Et tenez-vous bien, à quelques minutes seulement du coup d’envoi. Séance tenante, le staff technique se réunit pour trouver un «bouche-trou». C’est dans ces conditions presque loufoques que Mamadou Loum Ndiaye, de retour d’un confinement à cause encore de la Covid-19, est envoyé au charbon. Ouf ! Mais hier, le Sénégal pouvait compter et comme c’est toujours le cas, sur son monstre sacré, Cheikhou Kouyaté, auteur d’une prestation XXL. Sans conteste, il était l’homme du match dans une sélection où la Défense était souvent dans la rue. Surtout sur le flanc gauche. Nonobstant donc, les forfaits, les blessures, les Lions ont tenu la dragée haute face à un Syli qui a baissé sa garde après un départ en trombe. Elle avait pourtant une belle opportunité de mettre un terme à la domination sénégalaise. La dernière victoire de la Guinée sur le Sénégal en équipe nationale A remonte en 2000.

 ALTITUDE ET CHALEUR : CES AUTRES ADVERSAIRES

Par ailleurs, il faut relever que dans cette CAN camerounaise, l’adversaire n’est pas seulement la covid-19 et la hantise des résultats qui pèse lourdement sur la psychologie des joueurs, de leur staff technique et/ou des dirigeants. D’autres incongruités s’y sont aussi greffées. Il s’agit de la chaleur, de l’altitude pour les équipes de la poule B logée à Bafoussam et de la programmation. Ceux qui étaient au stade de Bafoussam pouvaient imaginer la souffrance des joueurs. Comment peut-t-on mettre un derby Sénégal-Guinée en levée de rideau d’un match Malawi-Zimbabwe ? Drôle de programmation de la CAF que même les annonceurs ont du mal à comprendre. Que dire de l’altitude ? Plus 1500 mètres sous un soleil de plomb.

Respectons quand même un temps soit peu la santé de nos joueurs. Surtout celle de nos stars comme Sadio Mané, Mohamed Salah, Naby Keïta, Riyad Mahrez etc., qui font la fierté de tout un continent. Pour jouer au football, pour offrir du spectacle au monde entier, il faut un minimum de conditions requises dont la première est de veiller sur la santé des acteurs.

A la fin de la rencontre, nous nous sommes désolés de cette image de Sadio Mané, laissé à lui-même, envahi par des supporters (fans certes) ne disposant certainement pas de test PCR.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.